Congo-Brazzaville: Exposition – IncarNations a attiré plus de dix mille visiteurs à Bozar


Le réputé espace culturel bruxellois est encore marqué par le succès après avoir accueilli dans ses murs un grand monde, du 28 juin au 6 octobre, attiré par les œuvres classiques et contemporaines africaines de la collection Sindika Dokolo.

Ayoko Mensah, chargée des programmations artistiques liées à l’Afrique au Palais des Beaux-Arts (Bozar), a évoqué le succès retentissant de l’exposition avec bien d’enthousiasme. « Le 6 octobre, prenait fin une grande exposition qui présentait les œuvres magnifiques de la collection Sindika Dokolo », a-t-elle dit d’entrée de jeu au Courrier de Kinshasa. Elle a précisé, à cet effet, qu’il a été construit en référence à l’ouvrage de Souleymane Bachir Diagne African arts as a philosophy. Ainsi, l’exposition IncarNations était à l’image de ce livre où le philosophe sénégalais « montre en quoi la statuaire africaine exprime à l’origine une philosophie du monde, une philosophie africaine ». Et donc, a soutenu Ayoko Mensah,« L’idée à travers cette exposition était de montrer un point de vue africain, afrocentrique sur les œuvres d’art ».

Sindika Dokolo était lui-même l’un des deux commissaires à monter IncarNations avec Kendell Geers, un artiste sud-africain basé en Belgique. Le Bozar pour qui l’exposition s’est révélée « une très belle collaboration avec Sindika Dokolo et sa fondation » l’a visiblement perçu comme un des grands moments de cette année. Et ce, les trois mois qu’il a duré. Du reste, nous a indiqué Ayoko, « autour de l’exposition il y a eu plusieurs temps forts avec des débats, notamment celui avec d’autres artistes où il a été question du Congo ». Elle a de même qualifié de « belle rencontre » celle qui a réuni le collectionneur congolais aux philosophes Souleymane Bachir Diagne et Nadia Yala Kisukidi autour du thème même de l’exposition à deux jours de sa clôture.

Pour réaliser IncarNations, Sindika Dokolo avait sorti « cent cinquante œuvres d’art contemporain et classique parmi les plus belles qui puissent exister » de sa collection personnelle. Il faut savoir que le collectionneur congolais est reconnu comme détenteur de l’une des plus importantes collections d’art africain contemporain. Estimée à environ trois mille œuvres d’art il y a trois ans. Aux dires d’Ayoko, l’exposition était composée de pièces superbes de grands artistes issues essentiellement du Congo mais aussi d’autres régions africaines dont des têtes d’Ifé de Benin City au Nigeria et des masques de Côte d’Ivoire. Ainsi, à travers IncarNations, la Fondation Sindika Dokolo aura réalisé sa mission visant à promouvoir l’art et la culture africains.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire