Commune rurale de Douna : L’école primaire publique de Douna a soufflé ses 60 bougies


Les filles et fils de la commune rurale de Douna, dans la province de la Léraba, ont célébré les soixante ans d’existence de l’école primaire publique de Douna. La cérémonie s’est déroulée le 2 novembre 2019 dans la cours de ladite école. Autorités nationales et régionales, anciens élèves et maîtres, parents d’élèves et élèves de l’établissement, tous étaient mobilisés pour cet événement placé sous le thème : « Education et cohésion sociale ». Un hommage a également été rendu aux pionniers.

Du haut de ses 60 ans, l’école primaire publique de Douna a ouvert ses portes en 1956 sous l’appellation « Ecole privée primaire catholique ». Elle a d’abord accueilli sa première promotion avec environ 70 élèves dont 3 filles sous la « tôle » ; une infrastructure précaire de Faso Yaar. Après des efforts personnels des filles et fils du village et des élèves avec l’accompagnement de l’Etat, finalement le premier bâtiment verra le jour en 1959 sur le site actuel de l’école avec 3 classes. De la première promotion, 45 élèves vont parvenir à se hisser au CM2 où seulement 05 élèves vont décrocher leur premier diplôme de Certificat d’étude primaire élémentaire contre zéro admis au concours d’entrée en 6ème.

A entendre les témoignages des premiers élèves, Mamadou Hié, Paulin Kara, les premiers moments n’étaient pas si simples. Ces derniers se souviennent toujours de l’époque. « Ce n’était pas facile. Nous avons confectionné nous-mêmes les briques et les avons transportées sur la tête pour la construction du tout premier bâtiment » ont-ils relaté. Le ministre délégué chargé de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Madiara Sagnon/Tou, y a étudié du CP2 au CE1. Elle garde également les souvenirs de l’état précaire des logements et des salles de classes qui étaient constamment décoiffés par les vents de pluies. « Vraiment ce n’était pas facile, à chaque fois que le ciel menaçait, on n’était obligé d’aller s’abriter dans les cases des voisins », a-t-elle confié.

La pose de la première pierre du mur de la clôture de l’école

Messages, remises de matériels didactiques, récompense des meilleurs élèves et enseignants, hommage aux anciens élèves et maîtres, pose de la première de la clôture de l’école primaire publique de Douna, plantation d’arbres et signature du livre d’or, ont été, entre autres, les actes majeurs de cette célébration des 60 ans de l’école primaire publique de Douna. Cet anniversaire, qui a connu une forte mobilisation des fils et filles de la commune de Douna, a été placé sous le patronage du ministre en charge de l’Education nationale le Pr Stanislas Ouaro, le parrainage du ministre en charge de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Alkassoum Maiga, et le co-marrainage du ministre délégué en charge de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Madiara Sagnon/Tou.

Au cours de la cérémonie, le chef du village, Mondjon Soura, le maire de la commune, Hamidou Son, le président du comité d’organisation, Fousseni Son, le représentant des membres d’honneur, Kanébari Traoré, la co-marraine Madiara Sagnon/Tou et le représentant du patron de la cérémonie, Adama Bologo, se sont succédé à la tribune des interventions pour saluer la célébration du soixantième anniversaire et appeler les fils et filles de la commune de Douna à la cohésion sociale afin que chacun puisse participer au développement de cette localité. Selon Fousseni Son, la célébration des 60 ans de l’école primaire publique de Douna constitue la fin d’un long rêve et témoigne si besoin en était encore, qu’une seule main ne saurait ramasser la farine. C’est pourquoi, il a invité toutes les filles et fils sans exception de génération, à l’unité pour booster le développement de la commune.

De gauche à droite, Mamadou Hié et Paulin Kara, deux élèves de la première promotion de l’école de Douna A

Pour la Co-marraine Madiara Sagnon/Tou, en plaçant ce soixantième anniversaire sous le signe « Education et cohésion sociale », c’est pour interpeller toutes les filles et fils de la commune de Douna, que tout développement a pour socle l’éducation et de façon indéniable la cohésion sociale. C’est pourquoi, elle a interpellé l’ensemble des acteurs à « s’investir dans l’éducation des enfants, mais aussi à cultiver l’entente et à privilégier le dialogue afin de participer au développement de cette belle commune ».

Pour le représentant du patron de la cérémonie, Adama Bologo, l’éducation demeure la clé de voûte pour l’épanouissement individuel et collectif. Au regard de la faiblesse des résultats scolaires, de façon générale dans la région des Cascades, Adama Bologo a, au nom du ministre en charge de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, invité les acteurs de l’éducation dans ladite région à redoubler d’efforts afin de redorer le blason.

Mamadou YERE

Membre de la Commission communication

du comité d’organisation





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire