Congo-Brazzaville: Littérature – Pierre Kompany publie son autobiographie


Le premier bourgmestre noir en Belgique parle, dans son livre rédigé par sa collaboratrice, Isabelle Verlinden, et édité par les éditions Luc Pire, de son parcours de son Congo natal à Bruxelles, qui constitue « un destin incroyable ».

L’ouvrage de deux cents pages relate l’histoire de l’actuel bourgmestre de la commune de Ganshoren, à Bruxelles : ses enfants, le Congo, la prison, le racisme,etc. Pierre Kompany a notamment décidé de faire rédiger ce livre suite à l’intérêt que son élection comme bourgmestre de Ganshoren a suscité en Belgique et à l’étranger, notamment au Japon et en Mongolie. Son portrait a également été publié par le New-York Times.

La première partie de l’ouvrge relate les premières années de la vie de Pierre Kompany à Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo, où il est né. Le livre aborde son engagement politique au lendemain de l’indépendance et aussi les aspirations du monde estudiantin congolais à plus de considération sous le régime naissant du président Mobutu.

À l’université de Lovanium, Pierre Kompany a pris part à la manifestation pacifiste des étudiants destinée à améliorer l’ordinaire de leur quotidien. Son engagement dans les mouvements estudiantins lui vaudra d’être emprisonnés pendant treize mois et quinze jours dans le centre militaire de Kitona.

Arrivé n Belgique en 1975, il vit d’abord, dans la clandestinité, de petits boulots. Il reprend ensuite des études d’ingénieur industriel et décroche son diplôme d’ingénieur industriel mécanique-aéronautique à l’Institut supérieur d’ingénieurs de Bruxelles, après avoir été réfugié politique pendant sept ans tout en étant taximan, avant de devenir citoyen belge en 1982. Ingénieur industriel et professeur à l’Institut des arts et métiers de Bruxelles, Pierre Kompany a obtenu deux médailles d’or au Salon des inventions à Bruxelles et à Genève (Suisse) pour l’éolienne qu’il a inventée. Bien avant son fils, Vincent Kompany, Pierre Kompany a été footballeur au sein du Tout-Puissant Mazembe.

Avant son élection comme bourgmestre, Pierre Kompany a été échevin à la commune de Ganshoren de 2006 à 2012, en charge des travaux publics, de la mobilité, de l’environnement et de la propreté. En 2012, il a créé son propre parti politique dénommé PrOGanshoren, avec une liste bilingue composée de mandataires des partis CDH et CD&V, ex-socialistes, et de personnalités indépendantes. Objectif : proposer aux citoyens de la commune de Ganshoren une « politique dynamique dont proactivité, professionnalisme et projets sont les maîtres mots ». Lors des élections du 25 mai 2014, il est élu député au parlement bruxellois.

Doctorat honoris causa

Par ailleurs, Pierre Kompany sera fait docteur honoris causa, le 18 mars 2020, à la Vrije Universiteit Brussel, université de langue néerlandaise, établie à Bruxelles, en Belgique. Cette université a indiqué: « Pierre Kompany est un modèle d’intégration fier de ses origines. Lorsque l’on pense à Pierre Kompany, on pense naturellement à son fils, le célèbre joueur de football, Vincent Kompany. Mais il est lui-même une figure emblématique au parcours admirable, qui lui a permis d’offrir à ses trois enfants toutes les chances dans notre pays, où il est arrivé il y a quarante-quatre ans en tant que réfugié. Recherché par le régime de Mobutu, il est arrivé en Belgique en 1975 « sans papier ». Plus de quarante ans plus tard, il est le premier maire noir de Belgique. Il n’a jamais nié ses origines mais parle en même temps avec un grand respect de sa nouvelle patrie».



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire