Congo-Kinshasa: Augustin Kibassa à la manœuvre – Vers une coopération sud-sud dans les télécoms


Le DG de HAYATCOM ainsi que l’investisseur du Groupe Tawasol ont chacun exprimé leur vœu d’accompagner la RD. Congo dans son développement, via leur expertise dans les télécoms.

Le directeur général a fait savoir à Augustin Kibassa que le souhait d’accompagner le Congo résulte essentiellement par le fait qu’il croit aux potentiels de l’émergence de ce pays de Lumumba. A l’en croire, c’est l’une des raisons qui ont motivé la filiation de sa société avec une entreprise de droit congolais, alors qu’elle s’est installée, depuis plus deux ans, au Congo en tant que succursale.

Il a, en outre, précisé qu’au-delà de tout ce qui est purement télécoms, sa société est aussi dans l’industrie de l’aluminium ou encore le tourisme. «Nous sommes spécialisés dans tout ce qui est construction des Réseaux Télécoms que ce soit la fibre optique, l’installation GSM, des pilonnes et l’installation des matériels de télécommunications, de faire des Swaps, de 3G, 4G. Donc, cette activité est l’une de plusieurs activités de notre groupe qui est également présent dans tout ce qui est industrie de l’aluminium, la promotion immobilière, du tourisme», a signalé le DG de HAYATCOM qui est, in globo, une entreprise de grande envergure, aussi spécialisée dans la réalisation des projets les plus complexes et portants sur plusieurs corps de métiers dont les réseaux des télécommunications.

L’investisseur tunisien du Groupe Tawasol, Moez Mlika, est allé droit au but en souhaitant une coopération avec la RD. Congo, dûment dans le partage de savoir-faire, expertise, qui, assurément, justifie son installation dans certains pays africains. « C’est une coopération sud-sud, vous trouverez auprès de nous plus de volonté pour un transfert de savoir-faire, que vous ne trouverez nulle part ailleurs. (… ) On est installé dans d’autres pays par exemple au Burkina Faso, à Malabo en Guinée Equatoriale et ce que nous faisons vraiment c’est former vos ingénieurs, vos techniciens à ces techniques de pointe, afin qu’il y ait un savoir-faire local qui puisse bien évidement faire profiter le pays de ces compétences », a-t-il souligné.

Il sied de noter que les télécoms qui font office du sujet essentiel concernant ladite coopération, sont un secteur générateur des recettes pouvant aider la RD. Congo à savourer son développement, à travers le ministère des PT-NTIC.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire