Algérie: Algérie Poste réalise des bénéfices lui permettant de se lancer dans le tout numérique


Alger — L’opérateur public Algérie Poste a réalisé des résultats bénéficiaires de l’ordre de 15 milliards de DA en 2019, pour la clôture de son bilan 2018, lui permettant, de s’inscrire dans la modernisation, avec plus de facilité, en finançant ses projets d’investissement dans le tout numérique, a affirmé samedi la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Faraoun, dans un entretien à l’APS.

« Après avoir subi un déficit de plus de 5 milliards de DA à la fin de 2014, Algérie Poste réalise, aujourd’hui, des résultats bénéficiaires de l’ordre de 15 milliards de DA qui lui permettront de financer ses projets d’investissements notamment dans le tout numérique », a-t-elle précisé, qualifiant de « positif » le bilan financier de l’entreprise.

Elle a estimé qu’Algérie Poste est « en état d’équilibre financier », une position, a-t-elle dit, qui lui permet de s’inscrire dans la modernisation, notamment dans le commerce électronique, le e-paiement et dans les projets économiques d’avenir liés à la numérisation.

Pour la ministre, « la modernisation du système d’AP a permis à cette entreprise de consolider les avoirs des citoyens et de fournir un service à moindre coût, ce qui a réduit ses dépenses ainsi que ses pertes, et a augmenté ses bénéfices », tout en notant qu’Algérie Poste a pu « améliorer » sa situation financière grâce au lancement de plusieurs services électroniques notamment de transfert électronique d’argent et de rechargement téléphonique.

« Durant les douze mois écoulés, les clients d’Algérie Poste ont retiré plus de 4 500 milliards de DA, dont plus de 700 milliards ont été retirés au niveau des GAB (guichets automatiques bancaires), déployés à travers le territoire national », a-t-elle ajouté.

==Nouveaux services électroniques lancés prochainement==

Mme Faraoun a indiqué que, grâce à ces résultats, Algérie Poste a pu investir dans des projets numériques en lançant, prochainement, plusieurs services au profit de sa clientèle notamment celle détentrice de la carte monétique Edahabia.

Trois de ces services seront lancés incessamment, à savoir l’avance sur revenu, qui permet aux porteurs de cartes Edahabia, ayant des virements à échéancier régulier, de retirer une avance sur salaire, moyennant un contrat de prestation avec Algérie Poste.

Algérie Poste va lancer également le service Amanatic, qui consiste à acheminer et livrer des marchandises dans le cadre de la politique d’Algérie Télécom relative au e-commerce.

D’autres services, en phase de test, seront, quant à eux, mis en place au cours de l’année 2020. Il s’agit, notamment, du service de paiement via le QR Code (Quick Response Code) pour faire des achats au niveau de n’importe quel commerce en utilisant une application mobile d’Algérie Poste dédiée.

Des discussions sont, de leur côté, menées avec des compagnies d’assurances comme la CAAR, la SAA et la CAAT pour lancer des services permettant de distribuer leurs produits à travers le réseau postal, et ainsi les clients de ces compagnies, détenteurs de la carte Edahabia, pourraient s’assurer au niveau des bureaux de poste.

Il s’agit aussi de l’intégration, en 2020, des documents biométriques (carte nationale, permis de conduire et passeport) via des lecteurs de cartes sans contact sur le système d’information d’Algérie Poste, qui présentent un moyen d’identification rapide, sure et fiable, a-t-on noté, ajoutant aussi qu’il est prévu d’exploiter les données biométriques, au niveau des bureaux de poste, en utilisant le Numéro d’identification national (NIN), pour la réalisation des opérations financières.

Mme Faraoun a expliqué que « la banque postale a été toujours avancée pour utiliser les avoirs des CCP dans le financement de l’économie ».

Toutefois, a-t-elle-ajouté, pour créer une banque, « il y a des préalables, dont celui de détenir un portefeuille bien défini, la formation du personnel, mais aussi la mise à niveau du réseau postal conformément aux normes en vigueur, indispensables pour répondre au cahier des charge exigible d’un opérateur bancaire ».

Elle a expliqué qu’Algérie Poste, qui est une EPIC (entreprise publique à caractère industrielle et commerciale), doit nécessairement changer de statut pour devenir une banque. Pour cela, il faut qu’elle se transforme en EPE (entreprise publique économique) ».

Cette nécessité pourrait être contournée via la filialisation de l’activité bancaire, si elle venait à être concrétisée.

Sur un autre plan, Mme Faraoun a fait savoir qu’Algérie Poste, grâce à ses efforts dans le développement de ses infrastructures et l’amélioration des prestations de service, est devenue une référence dans la région représentant « 34,4% du réseau postal africain et 29,2% du réseau arabe ».

Elle a fait savoir que les employés d’Algérie Poste (plus de 27.500) viennent de bénéficier d’une augmentation de 14% de leurs salaires et, en août dernier, plus de 6800 employés ont bénéficié d’une promotion verticale.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire