Cameroun: Port de Douala – Un mémorandum secret entre TIL et le PAD, la police à DIT.


L’affaire de la concession du terminal à conteneurs a connu un nouveau rebondissement au port de Douala. Avec la signature d’un mémorandum entre TIL et le PAD. Sur place au port, depuis vendredi dernier, sur ordre de Cyrus Ngo’o, la police et la gendarmerie ont encerclé les bureaux de Douala International Terminal.

Police et gendarmerie à DIT

Depuis le début du week-end, sur instruction du directeur général du Port Autonome, Cyrus Ngo’o, les éléments de la police et la gendarmerie ont encerclé les bureaux de Douala International Terminal (DIT). A un mois de la fin de la concession du terminal à conteneurs du Port de Douala-Bonabéri, alors que l’affaire sur le contrat de concession, portée par DIT au tribunal administratif de Douala suit son cours, alors que tout le personnel vaque sereinement à ses occupations, vendredi dernier les éléments de la police et la gendarmerie ont pris d’assaut les bureaux de DIT bloquant tous les accès et fouillant les employés. Une opération que les forces de l’ordre entendent mener jusqu’au 31 décembre 2019. Face à cette situation peu ordinaire dans un espace portuaire ou la sécurité est de mise, la présence des forces de maintien de l’ordre est venue troubler la quiétude des travailleurs. Selon des indiscrétions, le déploiement de ces forces de l’ordre entre dans le cadre d’un vaste plan.

La décision du tribunal attendue

Et pour cause, selon une source interne au port, lors d’une réunion qui s’est tenue le 29 novembre dernier, le PAD a officiellement notifié clairement au top management de DIT que ses activités prendront fin au 31 décembre 2019 et qu’il reprendra en régie le Terminal à conteneurs. Mais seulement et compte tenu de la lettre de la présidence de la République demandant à sursoir au processus d’attribution du contrat de concession du terminal à conteneur à la société TIL, la situation se corse au port de Douala. Tous les yeux sont tournés vers le tribunal administratif de Douala qui a sur sa table ce dossier brulant porté par DIT. Une décision urgemment attendue quant on sait qu’à compter du 1er janvier 2020, le contrat de DIT sera échu.

Un mémorandum secret signé entre PAD et TIL.

En attendant des tractations en coulisses se multiplient. Des sources internes au Port révèlent que, en marge du Salon «Intermodal Africa » qui s’est déroulé du 26 au 28 novembre à l’hôtel Sawa de Douala, un accord secret aurait été conclu entre Cyrus Ngo’o (DG PAD) et David ElBez (DG Afrique de Terminal Investment limited, adjudicataire provisoire désigné par le PAD) pour gérer le terminal à conteneurs du Port de Douala-Bonabéri. Cette option de création d’une régie par les deux partenaires aurait été choisie en raison de l’absence criarde de cadres au PAD pouvant mener des opérations sur le terminal.

Vers une impasse sur le terminal.

Seulement, pour les experts portuaires, cette mise en régie par le PAD pourrait connaitre des difficultés à prendre forme. Déjà le processus de dragage du chenal du Port par la création d’une régie, autre « innovation » de Cyrus Ngo’o, est dans l’impasse. En effet, la régie nécessite la mise en place d’une batterie de mesures juridiques, techniques et financières qui prennent du temps. Bien plus, le PAD a acquis un logiciel «Navis TOS» à la faveur d’un marché de gré à gré passé, à hauteur de quelque 3,5 millions de dollars (soit plus de 2 milliards FCFA), auprès de la société américaine Port Technology AIS. Sa mise en œuvre nécessite la formation du personnel et la mise à niveau de l’ensemble du réseau. Au finish, l’installation complète de Navis comme système d’exploitation pourrait durer entre six et huit mois. Une période qui conduirait à un « black-out» des opérations sur le terminal.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire