Une coalition de stars contre le changement climatique aux États-Unis



John Kerry, ancien secrétaire d’État de Barack Obama, a lancé dimanche 1er décembre une organisation destinée à promouvoir la lutte contre le dérèglement climatique. Bill Clinton, Jimmy Carter, Arnold Schwarzenegger, Leonardo DiCaprio ou Sting figurent parmi les personnalités recrutées.

N’en déplaise à Donald Trump, il n’y a pas que des climatosceptiques aux États-Unis. A la veille de la COP25 de Madrid, John Kerry, ancien sénateur démocrate et secrétaire d’État sous Barack Obama, a lancé dimanche 1er décembre une coalition non partisane “réunissant hommes politiques, militaires et stars de Hollywood” pour “faire pression en faveur d’une action publique contre le changement climatique”, rapporte le New York Times.

Le nom donné à l’organisation, World War Zero (Guerre mondiale zéro) est censé évoquer “les menaces pour la sécurité nationale que le réchauffement climatique représente” et le type de “mobilisation en temps de guerre” que John Kerry juge nécessaire pour “arrêter l’augmentation des émissions de carbone avant 2050”.

Mobilisation dans les États essentiels pour les élections de 2020

Parmi les quelque 60 personnalités recrutées par World War Zero, on trouve notamment des anciens présidents américains, les démocrates Bill Clinton et Jimmy Carter, des anciens gouverneurs, les républicains Arnold Schwarzenegger (Californie) et John Kasich (Ohio), et des stars telles que Leonardo DiCaprio, Sting et Ashton Kutcher.

L’organisation créée par John Kerry compte organiser des assemblées publiques partout aux États-Unis à compter de janvier 2020. Selon le New York Times, les membres se rendront notamment dans les États “qui sont essentiels pour les élections de 2020”, mais aussi “dans des bases militaires où les discussions sur le climat sont rares” et “dans des régions économiquement défavorisées”.

Si la coalition World War Zero n’est pas “destinée à promouvoir un plan spécifique” de lutte contre le réchauffement climatique, le républicain John Kasich a expliqué qu’il croyait possible un “consensus parmi les Américains pour lutter contre le changement climatique” et que la solution pouvait être à la fois de taxer le carbone et de favoriser “la recherche et le déploiement des énergies renouvelables”.

Source

Avec 1 400 journalistes, 35 bureaux à l’étranger et 127 prix Pulitzer et plus d’un million d’abonnés, The New York Times est de loin le premier quotidien du pays, dans lequel on peut lire “all the news that’s fit to print” (“toute

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire