De l’autosuffisance vers le développement durable de la filière riz



Abidjan – «La Côte d’Ivoire veut passer de l’autosuffisance en riz vers le développement durable de la filière en vue de répondre à toutes situations contrevenantes », a indiqué le Directeur de cabinet du ministère de la riziculture, Opportun Kouakou, lors de la conférence sur « les défis liés à la filière riz en Côte d’Ivoire », lors du Salon international de l’Agriculture et des Ressources animales d’Abidjan (SARA).

Organisées par la société Solevo, intervenant dans les solutions de croissance du riz, en collaboration avec l’Agence pour le développement de la filière riz (ADERIZ), ces conférences ont permis de présenter la chaîne de valeur du riz, depuis la semence jusqu’à la commercialisation de cet aliment le plus prisé en Côte d’Ivoire, après l’igname et le manioc.

En Côte d’Ivoire, indique-t-on, il a plus d’un million ½ de terre rizicultivable. Plus d’un million de tonnes de riz blanchi ont été consommés en 2018. La consommation de riz est en croissance constante et a atteint 65 à 70 kg par an par habitant et n’est plus assuré qu’à 54% par le riz local.

D’où la Stratégie nationale de développement de la filière de la riziculture (SNDR) qui vise à satisfaire l’ensemble des besoins de consommation nationale en riz de bonne qualité et concurrentiel par rapport au riz importé avec l’opportunité de constituer un stock de sécurité et d’exporter le surplus de production.

Pour matérialiser cette vision, il a été mis en place un modèle d’organisation spatiale constitué de dix bassins de productions, la construction de sept centres de conditionnement de semences sélectionnées dans les bassins de production, la mise en place d’usine, la contractualisation des relations entre les acteurs et le développement d’un mécanisme de financement structuré.
Les différents ateliers ont révélé que le développement de la filière riz, commence par le développement des semences de qualité à mettre à la disposition des producteurs.

La Côte d’Ivoire a atteint une cartographie de semences prisées, à fort potentiel productif, à résilience, et adaptées au marché, à l’exemple du wab 6381, une semence priorisée en Côte d’Ivoire et dans le monde.

Dans la vision de la Sndr, la société Solevo s’est engagée à ouvrir des centres de programme de développement et des centres de conditionnement afin d’améliorer la capacité de production et de diffusion de ces semences.

Plusieurs défis dans la chaîne de valeur, restent à combler, à savoir la question du matériel végétal de qualité, la maîtrise de la quantité d’eau pour l’irrigation et dans toute la chaîne, la gestion des performances des cultures, la non-application des itinéraires de productions par les producteurs, la mécanisation du travail pour atteindre un niveau important de production, la transformation et la sécurisation du marché.

eaa/kam



newsabidjan

A lire aussi

Laisser un commentaire