ADO aux pieds de la basilique avec les Nanans, demain: Le Chef de l’Etat brûle de trouver des stratégies pour le rassemblement des Ivoiriens



Aux pieds de la basilique ivoirienne, Yamoussoukro, la capitale politique, l’infatigable combattant de la paix, le président de la république, Alassane Ouattara va encore prendre son bâton de pèlerin face aux têtes couronnées du Bélier, demain vendredi 6 décembre 2019. Pour prêcher le vivre-ensemble dans un pays de paix, un pays rassemblé où les divisions, le tribalisme et la xénophobie n’ont plus droit de cité. Déjà la semaine dernière, ce sont les chefs traditionnels de la région du Hambol qui ont été reçus par le président de la république à sa résidence de Katiola, la capitale du Hambol située dans le Nord de la Côte d’Ivoire. Au centre de leur rencontre, la paix, l’unité, la cohésion et le rassemblement de tous les fils et filles du pays. La conclusion salvatrice qui s’en est dégagée, c’est évidemment la volonté des chefs coutumiers de participer à la cohésion partout où ils se trouvent pour faire avancer irréversiblement la Côte d’Ivoire sur le chemin de l’émergence et du développement. Demain sera révélateur. Puisque le président Ouattara, l’apôtre de la paix va encore inviter les gardiens de la tradition à s’investir dans cette lutte noble.

ADO brûle de consolider la paix avec le soutien des chefs traditionnels

Le président de la république qui va se recueillir sur la tombe de son père Félix Houphouët-Boigny, pour honorer la 26ème année qui marque la disparition de l’illustre président ivoirien, mettra à profit cette opportunité pour parler avec les garants de la tradition, de la culture, de la sagesse et de la paix. Le président Alassane Ouattara, on le sait, depuis sa prise du pouvoir d’Etat, a toujours placé la paix et la cohésion sociale au centre de ses deux mandatures car sans la paix et la cohésion, le développement rêvé par les Ivoiriens et le président de la république lui-même ne sera qu’un leurre. Pour l’aboutissement de la paix en Côte d’Ivoire, les rois et chefs traditionnels ont un rôle capital à jouer. C’est la raison pour laquelle, le président Alassane Ouattara a pris des mesures pour donner une forme légale à la corporation des rois et chefs coutumiers avec bien évidemment un somptueux siège à Yamoussoukro, afin que ceux-ci apportent leur contribution dans la quête de la paix en terre ivoirienne. C’est tout le sens que le gouvernement ivoirien donne à la Chambre nationale des rois et chefs traditionnels de la Côte d’Ivoire. Même si tous les sujets qui seront abordés ne sont pas encore connus force est de dire que le rassemblement, l’unité et la paix seront un sujet incontournable de ces débats francs que le premier citoyen aura avec les garants de la tradition ivoirienne selon des indiscrétions. Car un pays rassemblé basé sur les fondamentaux de paix et l’unité, deviendra fort si les Ivoiriens vont dans ce sens. Pour le président ADO, tout le monde est invité en Côte d’Ivoire à y contribuer avec en ligne de mire la chefferie traditionnelle. Des efforts sont déjà faits par ceux-ci en termes de réconciliation des Ivoiriens. En effet, depuis, un certain moment, les crises politiques et intercommunautaires ont pris fin. Les Ivoiriens se parlent et vivent fraternellement quel que soit leur appartenance ethnique et religieuse dans les villages et milieux urbains. Toutefois, il faut encore faire davantage et ne pas dormir sur les lauriers car le langage tribal et xénophobe de certains leaders politiques ayant plongé le pays dans l’incertitude par le passé ressurgit étonnamment. Il faut donc toujours travailler sans relâche pour construire une société ivoirienne homogène. C’est dans ce cadre que le digne successeur de Boigny, le digne héritier qui est Alassane Ouattara ne ménage aucun effort pour interpeller les chefs coutumiers afin de ne point tomber dans cette bassesse qui pourrait encore faire reculer la démocratie ivoirienne. C’est pourquoi à Katiola en face des chefs coutumiers, Alassane Ouattara a conseillé qu’il faut briser les barrières ethniques, tribales et xénophobes pour construire un Etat fort. La rencontre de demain n’aura que tout son sens ici.

Jeanne Auréole



newsabidjan

A lire aussi

Laisser un commentaire