les cliniques marocaines séduisent les Subsahariens – JeuneAfrique.com



Depuis les années 1960, le royaume est une destination santé mondiale. D’abord pour la chirurgie esthétique, ensuite pour d’autres spécialités. Et attire aussi la patientèle africaine, notamment depuis une dizaine d’années.


Le tourisme médical au Maroc fleurit depuis longtemps, mais c’est la chirurgie esthétique qui a d’abord attiré les patients étrangers dans le royaume. La ville de Casablanca, en particulier, a connu son heure de gloire dès les années 1960 grâce à la présence de grands médecins français tels les docteurs Cochain, Lentillhac et Burou. L’éclat de la ville en la matière perdure grâce à des investissements privés qui ont pu la doter d’installations modernes, de cliniques parfaitement équipées et d’un écosystème capable d’accueillir les patients dans de très bonnes conditions.

On dénombre actuellement au Maroc une cinquantaine de chirurgiens esthétiques et une petite dizaine de cliniques spécialisées réparties entre Casablanca, Rabat, Agadir, Marrakech et Tanger. Leur bonne réputation, mise en valeur sur les réseaux sociaux, leur permet de gagner en notoriété et de séduire une patientèle essentiellement étrangère.

Les dépenses des patients étrangers ont explosé, entraînant un boom dans le pays, où les prix sont 30% plus bas qu’en Europe

Si le concept de « tourisme médical » – le fait de se faire soigner dans un pays autre que celui où l’on réside pour des raisons économiques ou médicales – n’a guère changé depuis les années 1960, le budget qu’y allouent les patients étrangers a, lui, explosé ces dernières années, entraînant un boom du secteur, notamment au Maroc, où, pour une opération à visée esthétique, les coûts sont en moyenne 30 % plus bas qu’en Europe.

La chirurgie réparatrice, grande favorite





A lire aussi

Laisser un commentaire