Le douloureux combat des premières nations face à la pollution au mercure



A l’occasion de l’opération 10 jours pour signer d’Amnesty International, dont Courrier international est partenaire, nous publions ce reportage du Globe and Mail sur les Amérindiens de la réserve de Grassy Narrows, particulièrement touchés par la contamination au mercure, dont les effets se transmettent de génération en génération.

Chrissy Isaacs, 39 ans, habite dans les territoires de la première nation de Grassy Narrows* . Elle est assise chez elle en compagnie de son petit-fils Kakiigawapi Swain, 3 ans. Ses filles présentent des symptômes neurologiques dont elle pense qu’ils sont liés à un empoisonnement au mercure.

Pendant des années, Chrissy a vu son grand-père aux prises lui aussi avec les symptômes de cet empoisonnement. Pêcheur et guide, il s’était ruiné la santé en mangeant du poisson contaminé. Aujourd’hui, elle s’inquiète pour la quatrième génération de ses descendants. Ses filles de 18 et 13 ans ont manifestement des problèmes neurologiques, liés d’après elle à la pollution au mercure qui a fait des ravages dans sa communauté.

Une contamination dejà ancienne

Génération après génération, la première nation de Grassy Narrows a vu cette crise s’éterniser. Près de cinquante ans se sont écoulés depuis qu’on a appris que les poissons avaient été empoisonnés par les tonnes de mercure déversés dans son bassin hydrographique. En cause, une usine de pâte à papier appartenant à Reed Paper Ltd., dans la ville de Dryden, en Ontario.

De récentes études menées par Donna Mergler, une scientifique de Montréal, des données obtenues à partir de tests sanguins sur des cordons ombilicaux et des enquêtes auprès des communautés confirment que les effets du mercure se transmettent de mère à enfant.

À Grassy Narrows, les enfants ont quatre fois plus de chances d’être atteints de troubles de l’apprentissage ou de maladies du système nerveux si leurs mères ont consommé régulièrement du poisson pendant leur grossesse, d’après l’une de ces études.

Une clinique spécialisée

Cette crise est devenue un enjeu à l’échelon fédéral. Elle a été évoquée par les candidats lors de la dernière campagne électorale en vue des élections fédérales du 21 octobre 2019. Des militants ont incité les dirigeants des partis à s’engager à construire un centre de traitement et un établissement de soins palliatifs à Grassy Narrows pour les victimes. Fin septembre, à Toronto, des milliers de manifestants ont scandé “Justice pour Grassy Narrows” lors de la grande manifestation pour le climat.

Une clinique spécialisée, dont le personnel serait formé sur l’empoisonnement au mercure et saurait par conséquent diagnostiquer le syndrome,

[…]

Geoffrey York

Lire l’article original

Source

Fondé en 1844, lu d’un océan à l’autre, sérieux et non engagé, le titre de Toronto est le quotidien de référence au Canada et exerce une forte influence auprès des milieux politiques fédéraux.
L’aventure du quotidien commence en 1843 avec l’

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire