Déclaration du président Eddie KOMBOIGO après sa décoration


À cet instant où je viens de recevoir la décoration de la Nation comme COMMANDEUR DE L’ORDRE DE L’ÉTALON, j’ai une pensée pieuse pour ces braves paysans et éleveurs avec femmes et enfants qui ont été lâchement fauchés dans leurs champs, dans leurs domiciles ou ailleurs, sans savoir pourquoi ?!

J’ai une pensée pieuse pour ces soldats qui sont tombés les armes à la main, et pour ceux qui sont au front et qui se battent pour ramener dans notre cher Faso, cette paix d’antan, vécue depuis notre indépendance.

J’ai une pensée pieuse pour ceux qui sont tombés lors des événements d’octobre et de novembre 2014 et pour ceux qui sont sortis, espérant un changement qualificatif et se trouvent grandement déçus aujourd’hui.

Ma lutte, notre lutte d’opposants, est aujourd’hui reconnue par la Nation toute entière et cela nous honore tous.

Cette distinction nous interpelle à poursuivre notre combat à redonner une forte confiance et une vraie espérance à nos compatriotes.

Cette distinction, proposée par le Chef de l’Etat, Chef suprême des armés disculpe définitivement le CDP, ses Dirigeants et ses militants des accusations fallacieuses et creuses, d’auteurs ou de complicité de terrorisme, savamment entretenues par des politiciens en perte de vitesse, afin… en panne d’imagination. Le CDP et ses dirigeants sont républicains !

Puisse cet acte du chef de l’Etat l’inspirer à construire une réconciliation réelle des burkinabé permettant de :

- nous pardonner les uns les autres pour le retour des exilés,

- nous unir pour lutter contre le terrorisme afin de ramener la paix au Faso et construire un meilleur vivre ensemble,

- développer notre chère patrie.

Je dédie donc cette distinction au CDP, mon parti, à sa Direction, à son Fondateur et Président d’honneur, à nos élus nationaux et locaux, et à l’ensemble des militants et sympathisants. Mes remerciements et ma reconnaissance à nos alliés du CFOP.

NB : aucune activité festive ne sera organisée !

Démocratie-Progrès-justice.





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire