Afrique Centrale: Agriculture familiale – Les propositions de l’Afrique centrale


Les organisations paysannes de la région se sont réunies les 4 et 5 décembre à Douala pour un plan d’action commun.

L’agriculture familiale est un « moyen d’organiser la production agricole, forestière, halieutique, pastorale et aquacole qui est gérée et conduite par une famille et qui repose principalement sur le travail familial, tant celui des femmes que celui des hommes. Exploitation agricole et famille évoluent l’une avec l’autre et l’une par l’autre. Elles combinent des fonctions économiques, environnementales, sociales et culturelles. » Explication donnée par Sylvie Guillaud, coordinatrice régionale Afrique du Forum rural mondial.

C’était au cours de l’atelier d’élaboration du plan d’action régional de la décennie des Nations unies de l’Agriculture familiale (Undff) organisé ces 4 et 5 décembre par la Plateforme régionale des organisations paysannes d’Afrique centrale (Propac) à Douala. Au niveau de l’Afrique centrale où la part de l’agriculture familiale représente 75%, les attentes sont rappelées par Abakar Mohammed, chef de service Agriculture et Développement rural à la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) : « Cet atelier (… ) permettra à la Ceeac de revoir sa politique agricole commune en vue de prendre en compte les préoccupations qui touchent l’agriculture familiale.

Et une de nos préoccupations, c’est donner une visibilité aux actions des agriculteurs familiaux dont l’apport est très important sur les plans social, environnemental et économique. Avec la possibilité de mettre en place des actions en faveur de ces exploitants agricoles. » Pour Nathanaël Buka Mupungu, président de la Propac, les propositions viennent répondre à plusieurs problèmes rencontrés par les agriculteurs familiaux : accès au marché, organisation des marchés territoriaux, insécurité alimentaire, pauvreté, etc.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire