Bassin du Congo : 22 ONGs demandent à Kinshasa et Brazzaville de respecter leurs engagements à protéger les tourbières


Vingt-deux organisations de la société civile appellent les Gouvernements de la République Démocratique du Congo (RDC) et de la République du Congo à respecter leurs engagements pris tant sur le plan national, régional qu’international à protéger les zones à tourbières dans la forêt tropicale du Bassin du Congo.

Dans un document commun dont une copie a été envoyée à ACTUALITE.CD, ces ONGs dont Greenpeace Afrique, Océan,  Dynamique des groupes de peuples autochtones, Réseaux de communicateurs pour l’environnement et Groupe de Travail Forêt, évoquent parmi les engagements à respecter, l’accord de Brazzaville et celui de Paris.

« Les Gouvernements de la RDC et de la République du  Congo doivent annuler les concessions forestières, agricoles, les blocs pétroliers et miniers qui chevauchent le complexe de tourbières ou son écosystème de protection environnant,  et déclarer ces zones interdites au développement industriel à travers des politiques et lois contraignantes, respecter les engagements (Déclaration de Brazzaville et Accord de Paris) pris au  niveau national, sous régional et international pour la protection des tourbières, des forêts du Bassin du Congo et du climat mondial », recommandent les ONGs.

Pour cela, les deux États doivent annuler les concessions forestières, agricoles, les blocs pétroliers et miniers qui  chevauchent le complexe de tourbières ou son écosystème de protection environnant, et déclarer ces zones interdites d’exploitation à travers la politique et lois contraignantes.

En 2017, les chercheurs de l’Université de Leeds et de Kisangani ont découvert que  les tourbières du Bassin du Congo couvraient une superficie cinq fois supérieure à celle  rapportée dans la littérature scientifique précédente. Couvrant une superficie d’environ 145 000 kilomètres carrés,  les tourbières du Bassin du Congo s’étendent entre la République Démocratique du Congo et la République du Congo. Elles  équivalent à la taille de l’Angleterre.

C’est le plus grand complexe de tourbières tropicales au monde. Il est essentiel de maintenir les tourbières humides pour que le carbone accumulé  pendant des milliers d’années reste emprisonné dans le sol.

On estime que les tourbières stockent jusqu’à 30,6 milliards de tonnes de carbone,  soit l’équivalent de près de 20 ans d’émissions de combustibles fossiles des États-Unis.

La récente confirmation de l’étendue du complexe de tourbières fait des forêts marécageuses  du Bassin du Congo l’un des écosystèmes les plus denses en carbone de la planète. Avec la présence de ces tourbières, les stocks de carbone forestier du Bassin du Congo sont  estimés à 70 milliards de tonnes de carbone, ce qui en fait un élément essentiel pour la stabilité du climat mondial.



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire