Dialogue politique : Pourquoi Bouréma et Damaro ont été mis à la touche ? | Africa Guinee


CONAKRY-La reprise des travaux du comité de suivi continue de défrayer la chronique. Ces discussions qui ont démarré la semaine dernière, se déroulent avec deux absences de taille très remarquées. Il s’agit en l’occurrence du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, le Général Bouréma Condé et de Amadou Damaro Camara, le chef de la majorité présidentielle au parlement.

Intransigeants et téméraires vis-à-vis de l’opposition, l’absence de Damaro Camara et Bouréma Condé à ce dialogue suscite des interrogations. D’autant plus que le ministre de l’administration du territoire a jusque-là conduit les travaux du comité de suivi. Quant à l’honorable Damaro, il a toujours porté la  voix de la majorité présidentielle lors du dialogue.  Pourquoi cette fois-ci, ils sont tous mis à la touche ? Interrogé sur les raisons de son absence, le président du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel n’a pas voulu faire de commentaires sur sujet, tandis que le ministre Bouréma Condé n’a pas daigné répondre à nos appels.

Au sein de l’opinion, les commentaires vont bon train. Mais il faut dire que ces deux hommes du sérail sont perçus comme les « durs » du  cercle restreint des hommes de confiance d’Alpha Condé. Puissant rhétoricien, Amadou Damaro Camaro a toujours trouvé le verbe pour pourfendre l’opposition avec ses « désidératas ». Pour sa part, Bouréma Condé qui a pourtant tenu le fil conducteur du comité de suivi ne s’est montré très enchanté quant à l’achèvement des communales. Ne disait-il pas que « si on a fait  un an pour installer les maires, combien en faudra-t-il pour installer les chefs de quartiers ». La suite on la connait. Le statu quo total.

 Est-ce la raison pour laquelle ils ont été écartés pour ne pas porter ombrage à la bonne marche des débats ? Cette hypothèse est tout à fait plausible. Mieux, justifiant ce week-end son retour à la table du dialogue, Cellou Dalein Diallo a déclaré que c’est parce que « cette fois-ci ce n’est pas Bouréma Condé qui le conduit ». Ça résume tout.  

Après une forte pression de la communauté internationale,  le dialogue a bel et repris sur les chapeaux de roues avec comme points inscrits à l’ordre du jour, la finalisation des communales à travers l’installation des chefs de quartiers et les préparatifs des législatives. Et een lieu et place de Bouréma Condé ou d’une autre personnalité de grande envergure, c’est le jeune conseiller en charge des questions diplomatiques du premier ministre, Laho Bangoura qui conduit les débats en tant que facilitateur. Les pourparlers se poursuivront ce mercredi 11 décembre 2019 au palais du peuple. Reste à savoir si ses conclusions seront respectées.

A suivre…

Focus Africaguinee.com



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire