Afrique: Agence universitaire de la Francophonie – Jacques Etamè représente l’Afrique subsaharienne


Le directeur de l’IUT de Douala siège au bureau du conseil scientifique de l’AUF depuis le 3 décembre 2019.

Le Pr Jacques Etamè, directeur de l’Institut universitaire de Technologie (IUT) de l’université de Douala, représente désormais l’Afrique subsaharienne au bureau du conseil scientifique de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Désigné le 3 décembre 2019 à Montréal au Canada où se tenait une réunion du conseil scientifique, le Camerounais siège aux côtés de quatre autres nationalités représentant l’Amérique, l’Asie, l’Europe et le Maghreb. Le conseil scientifique de l’AUF où le directeur de l’IUT de Douala a officiellement débuté son mandat de trois ans le 7 novembre dernier.

Sans oublier sa fonction de président de la Commission régionale des experts (CRE) pour la région Afrique centrale et Grands Lacs, une composante du conseil scientifique. Le conseil scientifique est un organe consultatif de réflexion et d’orientation chargé de contribuer à la définition, la mise en œuvre et à l’évaluation des programmes scientifiques de l’AUF. Il est le garant de leur pertinence et de leur qualité académique et doit s’assurer de leur adéquation avec la stratégie quadriennale de l’Agence. Notamment celle en cours, 2017-2021.

De retour donc du Canada, le Pr. Etame expose ses objectifs : « Je suis revenu avec l’envie d’encourager les universités du Cameroun et d’Afrique subsaharienne à élaborer des projets au niveau de leurs régions déjà, et co-construire des projets interrégionaux qui tiennent compte de notre contexte, que ce soit dans le domaine de l’employabilité et de l’insertion professionnelle, de la qualité de la formation ou encore du développement local et global. Des points qui constituent les axes stratégiques de l’AUF. »

Dans cette sensibilisation, il sera également question de permettre aux universités de bénéficier des principaux leviers d’action de l’AUF : les réseaux, les expertises et les partenaires. La mise en œuvre de cette sensibilisation passera par des réunions stratégiques, des séminaires d’information, la formation des chercheurs, la mobilisation locale des partenaires. Tout cela avec pour finalité d’acquérir les outils pour le montage et la co-construction des projets. Tout cela aussi en accord avec la direction régionale de l’AUF pour l’Afrique centrale et les Grands Lacs. Des actions importantes car « l’Afrique subsaharienne est un levier important de la francophonie pour aujourd’hui et demain. Il est donc important que cet espace puisse bénéficier des opportunités qu’offre l’AUF », conclut l’universitaire.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire