Annuaire statistique : Le tout sécuritaire du Burkina dans un document


La Direction générale des études et des statistiques sectorielles (DGESS) du ministère de la Sécurité a organisé un atelier ce 13 décembre 2019 à Ouagadougou. Sur la table, l’annuaire statistique 2018 de la sécurité à examiner, vérifier pour être validé. Le document contient toutes les infractions (nombre de réseaux de bandits démantelés, coupeurs de route arrêtés, attaques terroristes…) commises sur le territoire national et recensées par les services de police et de gendarmerie en 2018.

Pour décider, il faut avoir des pistes, des statistiques qui orientent et guident. Cela est d’une actualité pressante pour le Burkina Faso qui, depuis 2015, est en proie à une insécurité sans pareille. La Direction générale des études et des statistiques sectorielles du ministère de la Sécurité dont le rôle principal est de constituer un système d’information efficace sur les données statistiques est donc à pied d’œuvre, avec l’appui de ces partenaires pour fournir des données actuelles aux décideurs.


« C’est sur la base de ces données statistiques que les décideurs prennent de nouvelles orientations dans la lutte contre le banditisme, la criminalité sous toutes ces formes et surtout contre le terrorisme (…) », explique le Commissaire principal de police Lassana Bargo, directeur des statistiques sectoriels, et responsable par intérim de la Direction générale des études et des statistiques sectorielles. Il ajoute également que c’est en s’appuyant sur ces chiffres que les décideurs peuvent faire des plaidoyers fructueux auprès des partenaires techniques et financiers.

Pour arriver à l’atelier de validation, tout un processus a été suivi. En effet, la Direction générale des études et des statistiques sectorielles (DGESS) du ministère de la Sécurité, avec l’appui du Programme d’appui et de renforcement de la gestion publique et des statistiques, a revu son système d’information à travers l’élaboration de nouveaux outils de collecte de données.


Plusieurs formations ont permis d’harmoniser la compréhension de ces outils par l’ensemble des chargés de collecte des données des structures de la police et de la gendarmerie nationales dans la but de permettre à la DGESS de disposer de données cohérentes et fiables pour la production de l’annuaire statistiques 2018 de la sécurité.

Selon le commissaire principal de police Lassana Bargo, ce sont les actions des brigades territoriales et des commissariats centraux qui ont été capitalisés. « Ce sont les actions ponctuelles, en ce qui concerne les incidences en matière de sécurité qu’on récapitule dans l’Annuaire. Vous pourrez voir le nombre de vols, de réseaux de bandits démantelés, de coupeurs de route appréhendés, le nombre d’attaques terroristes, le nombre de tout ce qui est infractions relevées sur le terrain en 2018 », a poursuivi le directeur des statistiques sectorielles.

L’atelier a donc permis d’examiner la pertinence et la cohérence des informations produites ; vérifier les statistiques produites ; recueillir et intégrer les propositions d’amélioration du document.

Tiga Cheick Sawadogo

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire