Alpha, ses hôtes Soglo et Jonathan: Une séparation sur fond de « controverses » | Africa Guinee


CONAKRY-Les présidents Nicéphore Soglo et Goodluck Jonathan ont quitté Conakry ce samedi après un séjour d’une semaine très chargé. Les deux anciens chefs d’Etat dont la venue « controversée » a été pilotée par l’ONG National Democratic Institute et la Fondation Koffi Annan ont rencontré et écouté tous les acteurs impliqués dans la crise politique qui secoue la Guinée depuis la mi-octobre.

Cette visite a été bouclée par un tête-à-tête avec le président Alpha Condé qui leur a offert un dîner. La présence sur le sol guinéen deces deux anciens chefs d’Etat a été caractérisée par des polémiques suscitées premièrement par le porte-parole du Gouvernement, Aboubacar Sylla. Le ministre d’Etat a flétri la démarche solitaire de NDI dans la préparation de cette visite. Il a souligné que c’est juste par « courtoisie » que le Gouvernement a répondu à l’invitation de ces deux anciens chefs d’Etat.

Et bien la polémique s’est davantage renforcée quand hier un communiqué dont l’auteur n’a pas été révélé, a été lu à la RTG, indiquant que le président Alpha Condé a demandé des explications aux anciens présidents du Benin et du Nigéria. Lesquels auraient présenté des excuses tout en reconnaissant avoir été manipulés par NDI et la FKA.

« Avant leur départ, les deux personnalités ont été reçues au palais Sekoutoureya par le professeur Alpha Condé. Le président de la République a exprimé sa surprise de voir les anciens chefs d’Etat du Bénin et du Nigéria en Guinée sans aucune information officielle.

Les présidents Goodluck Jonathan et Nicéphore Soglo ont exprimé leurs regrets et reconnu avoir été manipulés par NDI (National Democratic Institute) et la fondation Kofi Annan. Des excuses ont été présentées sur la démarche. Le Chef de l’Etat professeur Alpha Condé a offert un déjeuner aux deux anciens précédents avant de les accompagner lui-même à l’aéroport international Conakry Gbessia », indique la note lue à la télévision nationale.

Ce communiqué dont le signataire demeure un mystère,  contraste largement avec les explications tenues la veille en conférence de presse par les deux anciens chefs d’Etat. En effet, piqué par les critiques du porte-parole du Gouvernement, Nicéphore Soglo n’a pas manqué de répliquer pour justifier le bien-fondé de leur présence.

« Nous sommes concernés par tout ce qui se passe dans les pays de la CEDEAO dont la Guinée. C’est la raison de notre présence ici. Nous reviendrons 10 fois ou 20 fois si c’est nécessaire », a-t-il rétorqué précisant d’ailleurs que le président Alpha Condé a affiché une disponibilité à les recevoir à chaque fois que cela s’avérerait nécessaire. « C’est la même famille », a lancé M. Soglo.

C’est donc avec beaucoup de surprise que beaucoup ont suivi le communiqué lu hier. Mais au fond, les autorités guinéennes n’étaient-elles pas informées de cette arrivée ? Si. Une correspondance aurait été adressée à  la présidence guinéenne par NDI et la fondation Koffi Annan depuis le 25 novembre dernier. L’objet mentionne qu’il s’agit d’une demande d’audience pour une mission conjointe NDI-FKA. La correspondance indique que cette mission internationale arrive en Guinée suite au décret du président de la République convoquant le corps électoral pour élections législatives du 16 février.

A propos de leur visite, il faut rappeler que Goodluck Jonathan, Nicéphore Soglo ont bouclé leur mission d’évaluation des préparatifs des élections législatives en faisant des propositions de sortie de crise. Ils recommandent au gouvernement de clarifier davantage sa position concernant les spéculations sur le cadre constitutionnel du pays afin de renforcer la confiance des citoyens dans son engagement à renforcer la démocratie et à favoriser des élections législatives pacifiques et crédibles.

Focus Africaguinee.com



africa guinee

A lire aussi

Laisser un commentaire