Angola: Nouvelle oeuvre l’écrivain José Luís Mendonça


Luanda — Cinq ans après la parution de son premier roman « O reino das Casuarinas » (Le Royaume des Casuarinas), l’écrivain José Luís Mendonça, met à la disposition des lecteurs sa nouvelle oeuvre littéraire intitulé « Se os ministros morassem no Musseque » (Si les ministres habitaient dans la Banlieue).

Il s’agit d’un roman historique constitué de deux récits racontés en parallèle. Le premier est celui du narrateur lui-même, Nkuku, qui raconte son expérience traumatique depuis le début de la lutte de la libération en 1961 jusqu’en 1987, et l’autre c’est l’histoire de la fondation, dans la forêt de l’île de Luanda, d’un royaume dont la population est composée de sept malades mentaux (fous), gouvernés par une femme, la reine Eutanásia.

Selon l’auteur, ce livre est un hommage à cette classe d’ombres que personne ne voit passer dans le temps.

L’écrivain considère que « le registre historique que l’œuvre littéraire fixe est essentiel pour contrarier le blanchissement du passé, faisant des victimes des héros et l’homme anonyme ».

Il considère également la localisation spatiale du roman, la forêt de l’île de Luanda, comme un pamphlet contre la destruction écologique de cette partie de la capitale angolaise. « C’est un hommage aux casuarinas, ces beaux arbres conifères de notre terre », a-t-il dit.

José Luís Mendonça, est né à Golungo Alto (Cuanza Norte), il débuté sa carrière littéraire avec l’œuvre « Chuva Novembrina », qui lui a permis de remporter le Prix littéraire « Sagrada Esperança », en 1981.

Il st aussi l’auteur du livre « Un vol de papillon dans le mécanisme inerte du temps ».

En 2015, on l’attribue le Prix national de la culture et des arts dans la catégorie littérature.

Actuellement, il dirige et édite le Journal Culture et met en œuvre des projets pour promouvoir la lecture et l’apprentissage de la langue véhiculaire dans les écoles et auprès des organisations de jeunesse.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire