Afrique: Restitution pour le Sénégal du sommet de Nairobi sur la CIPD 25 – Atteindre 70 décés pour 100 mille naissances vivantes en 2030


70 décès pour 100 mille naissances vivantes, c’est le nouveau défi que s’est fixé le Sénégal, à l’horizon 2030, dans la lutte pour la réduction de la mortalité maternelle. Selon la Représentante résidente de l’Unfpa au Sénégal Cécile Campaoré Zougrana, cet engagement a été pris lors du sommet de Nairobi portant 25e Conférence internationale sur la population et le développement (Cipd 25).

Des propos tenus hier, lundi 16 décembre, lors de l’atelier de restitution de la Cipd25. Elle a aussi souligné que la lutte contre les violences basées sur le genre a également constitué un engagement fort du Sénégal.

«Le Sénégal s’est, par ailleurs, engagé à soutenir la mise à l’échelle d’approches innovantes et sensibles à la culture «club des jeunes» déjà mise en œuvre avec succès à Kolda qui reste une approche holistique et novatrice qui vise la protection et l’encadrement des jeunes filles pour libérer leur potentiel en vue d’une contribution efficace à l’émergence du pays», a-t-elle déclaré.

Les engagements du Sénégal, a renseigné l’Unfpa, portent également sur le renforcement du leardship, de l’autonomisation économique des femmes et des filles, de l’employabilité des jeunes ainsi que la poursuite des programmes de lutte contre les violences basées sur le genre, les mariages d’enfants, les mutilations génitales féminines (Mgf) et les autres pratiques néfastes.

«Lors du sommet de Nairobi, le Sénégal a réaffirmé sa volonté de poursuivre sa dynamique de développement du capital humain et de protection sociale à travers, notamment, la Couverture maladie universelle (Cmu), les bourses de sécurité familiale et les cartes d’égalité de chances au profil des personnes vivant avec un handicap» a avancé Cécile Zougrana.

Et de poursuivre : « le Sénégal a renouvelé son ouverture à l’échange de bonnes pratiques et à l’amélioration de la condition des femmes, jeunes filles et personnes vulnérables, dans l’esprit de la Déclaration du Caire, avec l’appui de ses partenaires au développement et de toutes les parties prenantes».

A la suite du sommet de Nairobi, les acteurs ont décidé, au cours de cet atelier de restitution, de se concentrer sur la manière dont les «engagements de Nairobi» seront mis en œuvre avec toutes les parties prenantes pour accélérer et étendre l’impact à tous les niveaux, national, régional, global.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire