Algérie: Sonelgaz – Remise de la 1ère commande de pièces de rechanges locales sous le label GE


Alger — La société de Maintenance des équipements industriels (MEI), filiale du groupe Sonelgaz, a signé mardi à Alger, avec General Electric (GE) une commande d’un montant de 7,5 millions de dollars, de pièces de rechange fabriquées localement, pour les besoins des installations énergétiques gérées par le groupe américain en Algérie ainsi que ses clients à l’étranger.

Le document a été paraphé par le directeur général de MEI, Idir Yettou, et le vice-président de GE Power MENA, Midhat Mirabi, en présence du ministre de l’Energie, Mohamed Arkab et le PDG du groupe Sonelgaz, Chaher Boulakhras.

En effet, des discussions ont été engagées en 2016 avec la société GEAT, fruit d’un partenariat entre Sonelgaz et GE, pour mettre en place un contrat de maintenance à long terme des centrales équipées de turbines à gaz. En contrepartie, GEAT et le partenaire américain doivent assurer l’accompagnement des ateliers MEI et garantir un contrat d’achat de pièce de rechange d’égale durée que le contrat de maintenance.

Ainsi, les ateliers MEI situés à Msila ont été mis aux standards du constructeur américain dans le cadre du processus de qualification et de certification, finalisé en 2019 par GE.

L’analyse des capacités de MEI et de ses moyens a permis de statuer sur le type de pièces de rechange qui doivent être lancées en fabrication. En première étape, le choix a été porté sur les pièces nobles de haute technologie et à forte valeur ajoutée.

Le montant de la première commande représente le montant prévisionnel arrêté pour les exercices 2017, 2018 et 2019, soit 7 millions de dollars, mais en tenant compte du montant des bons de commande lancés pour la phase qualification (585.000 dollars), le montant total des commandes a atteint 7,585 millions de dollars.

Pour la période 2020-2024 le volume prévisionnel sera de 117 millions de dollars, ajoute M. Arkab soulignant qu’une partie de la production de MEI sera exportée à travers les filiales du GE à l’international, notamment en Afrique.

Concernant le taux d’intégration, M. Boulakhras a précisé qu’il serait autour de 30% dans une première étape avant d’aller progressivement à 100%.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire