Burkina Faso: Appui à la gestion publique et aux statistiques


Le comité de revue du Programme budgétaire « Pilotage et soutien aux services du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement » a tenu, le lundi 16 décembre 2019 à Ouagadougou, sa deuxième session de l’année. A la date du 30 novembre, le programme affiche un taux de réalisation de 78,6%.

Au 30 novembre 2019, le Programme d’appui à la gestion publique et aux statistiques (PAGPS) a enregistré un taux de réalisation physique de 78,6% et financière de 79,2%.

Le bilan du PAGPS, jugé satisfaisant, a été présenté, le lundi 16 décembre 2019, au cours de la deuxième session de l’année du comité de revue du Programme budgétaire « Pilotage et soutien aux services du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement ». Selon sa coordonnatrice, Aïssata Sané/Congo, le programme est composé de deux sous-programmes « Finances publiques » et « Statistiques ».

« Au niveau du premier sous-programme, des activités de renforcement de capacités ont été réalisées notamment des formations, des acquisitions d’équipements au profit des bénéficiaires, une étude sur la faisabilité de l’installation d’une école de formation d’ingénieurs statisticiens au Burkina parce que l’une des contraintes principales du système des statistiques nationales est l’insuffisance de personnels statisticiens.

Nous avons aussi accompagné les structures bénéficiaires pour la production de publications statistiques », a fait savoir Mme Sané.

Concernant le deuxième sous-programme, en plus des formations sur le budget-programme, la comptabilité matière et l’utilisation du manuel de procédure de la Direction générale des impôts, elle a noté l’élaboration d’outils sur la promotion du civisme fiscal.

A l’écouter, l’évolution des activités programmées montre que les taux seront encore meilleurs d’ici la fin de l’année.

Au regard des performances enregistrées, le secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, Séglaro Abel Somé, a félicité tous les acteurs pour leur engagement et leur dévouement au travail malgré les conditions souvent difficiles.

Plus d’engagement

« Certes, des acquis ont été engrangés, mais certaines activités telles que la production des statistiques de l’état civil et de la sécurité, la mise en œuvre des réformes dans le domaine de la comptabilité des matières, de la fiscalité et de la budgétisation axée sur les résultats, accusent du retard qu’il faut rattraper », a fait remarquer Séglaro Abel Somé.

C’est pourquoi, il a invité les membres de l’Unité de gestion du programme et les structures bénéficiaires, à un engagement plus fort pour la réalisation des résultats attendus. Au cours des travaux, le comité de revue a validé également le programme d’activités de 2020.

A cet effet, la coordonnatrice a indiqué, qu’il s’est agi de prendre en charge les besoins des structures bénéficiaires en relation avec les résultats, les réalisations enregistrées en 2018 et 2019, les formations, les appuis-conseils et les équipements.

« Le programme s’attellera à poursuivre la mise en œuvre du plan de formation au profit des principaux acteurs des structures bénéficiaires et suivre les travaux de traitement, d’analyse des données et de publication des résultats du cinquième Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) et du deuxième recensement général de l’agriculture (RGA) », a-t-elle mentionné. Au total, a confié Aïssata Sané/Congo, les activités vont coûter 2 688 892 484 F CFA.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire