Afrique de l’Ouest: Le « miracle PPAAO » salué par les bénéficiaires


De l’agriculture à l’élevage en passant par la mécanique ou la technologie, ils en disent beaucoup de bien.

Des producteurs de maïs dans la Kozah, aux producteurs de riz dans les plateaux, ou encore Agoméglozou dans la région maritime, nombreux ils sont à saluer ce modèle d’investissement innovant qui a fait beaucoup de bien aux agriculteurs togolais.

De leurs réactions, à travers un élément produit et diffusé ce Jeudi en soirée dans l’émission « Le Togo en marche » par la TVT, il en découle que si d’aucuns ont grâce à l’appui financier du PPAAO (Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest), introduit dans leur activité de la technologie avec des tracteurs, des décortiqueuses, des batteuses, et des stratégies innovantes, se passant ainsi de la main d’œuvre un peu dense nécessité par le passé et le travail ardu, d’autres encore ont pu diversifier leurs activités en ouvrant l’agriculture à une multitude de produits ou encore à l’élevage et encore à la pisciculture.

De tout ce qui précède, un petit schéma peint dans ce document vidéo par un producteur de riz en dit long.

Des dires de ce dernier qui exploitait avant le PPAAO, à peine un demi hectare de terrain, aujourd’hui grâce au coup d’accélérateur du PPAAO, est passé à 5 hectares et a ramassé pour l’année dernière plus 600.000 F cfa qui lui ont permis de construire mais aussi de se procurer un moulin qui fonctionne normalement.

Pour ce bénéficiaire, finalement le rendement à la suite de l’intervention (son appui) du PPAAO relève d’un « miracle ».

Et ce miracle, ce ne sont pas entre autres acteurs du secteur mécanique qui ont travaillé pour offrir une technologie appropriée aux Togolais, Logou Tract, Guema Concept, … qui démentiraient.

Ceci parce que cette ingérence du PPAAO leur a permis d’accélérer leurs travaux pour mettre à disposition des équipements agricoles un peu plus efficaces dans les activités champêtres au Togo.

Et le PPAAO, il n’y a pas que les agriculteurs ou paysans de nos villages reculés qui en gagnent mais bien aussi des apprenants dans le secteur agricole ou agronomique. Des doctorats (Une trentaine) et masters (une quarantaine) ont été aussi financés par le projet.

Si malgré tout ce tableau positif, Mme Quenum qui a été la voix de la Société civile aux côtés des acteurs du PPAAO et du ministère de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique, aurait souhaité que la formation puisse s’intéresser aussi encore plus à la base que ce qui s’est fait voir avec le supérieur (Doctorat et Master), le Coordonnateur du PPAAO Togo, Dr Assimiou ADOU RAHIM ALIMI, mise sur ceux des acteurs supérieurs pour une répercussion, en formant et en encadrant la base, en vue d’une appropriation des technologies et stratégies introduites par le PPAAO.

Il croit dur comme fer en un agriculture togolaise transformée pour le futur et bien tournée vers le marché.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire