Alexander Van der Bellen, “le président des cœurs” en Autriche



Son élection à la présidence en 2016 avait connu bien des aléas. Sa gestion de la “crise d’Ibiza”, qui a fait chuter le gouvernement de Vienne en mai 2019, a fait de lui l’incarnation de la raison et du progrès. Le magazine Falter couronne Alexander Van der Bellen “homme de l’année”.
 

Il fait la une du très réputé magazine politique et culturel de la capitale autrichienne, en compagnie de son immanquable chien, qui l’a souvent accompagné lors de la campagne de l’élection présidentielle en décembre 2016. “Alexander Van der Bellen, homme de l’année 2019. Le président fédéral, avec l’affaire d’Ibiza, a pris la stature d’un chef d’État”, titre Falter.

L’année 2019 a été marquée, en Autriche, par la diffusion de la “vidéo d’Ibiza” qui a mis au grand jour les turpitudes de l’extrême droite (Parti de la Liberté, FPÖ), acculé le vice-chancelier Heinz-Christian Strache (FPÖ) à la démission et, finalement, conduit à la chute du gouvernement du jeune chancelier conservateur Sebastian Kurz (Parti du peuple, ÖVP).

C’est lorsque la République fut ébranlée par l’“affaire d’Ibiza”, en mai dernier, qu’Alexander Van der Bellen est devenu “le président des cœurs”, écrit Falter. Il fut l’homme de la situation :

En plein chaos politique, il assura le calme et donna l’orientation [pour la sortie de crise], […] il trouva les mots justes pour rassurer la population, et il s’attela à former un gouvernement d’experts avec Brigitte Bierlein comme chancelière d’Autriche, la première de tous les temps, qui sut ramener la sérénité dans la vie politique.”

“Ibiza, se dit aujourd’hui convaincu le président Van der Bellen, a eu un effet purificateur. 2019 pourrait entrer dans l’Histoire comme l’année au cours de laquelle la transparence et la non-discrimination ont pris une plus grande importance [dans la vie politique du pays].”

L’année 2020 pourrait aussi s’inscrire dans l’histoire. L’urgence climatique aidant et la victoire des Verts ayant été aussi spectaculaire que celle des conservateurs aux législatives du 29 septembre, le président Van der Bellen pourrait investir, dès le mois de janvier, un gouvernement Kurz II. En coalition, cette fois, avec les écologistes de Werner Kogler (Verts). Une première dans l’histoire de l’Autriche.

Source

Fondé à Vienne à la fin des années 1970, dans l’effervescence de la gauche alternative naissante, le “Papillon de nuit” s’est imposé comme un hebdomadaire culturel et politique de référence dans la capitale autrichienne. Engagé dans la défense des

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire