Au Brésil, le fils aîné de Bolsonaro soupçonné de blanchiment d’argent



Des perquisitions ont été effectuées dans la boutique de chocolat de Flavio Bolsonaro à Rio de Janeiro. La polémique enfle alors que le sénateur, fils aîné du président brésilien, est accusé d’avoir détourné des fonds publics lorsqu’il était député de l’État de Rio.

“L’affaire Queiroz” n’en finit pas de plonger le clan Bolsonaro dans l’embarras. Un temps suspendue, l’enquête sur des détournements de fonds publics orchestrés par Fabricio Queiroz, ancien assistant parlementaire du fils aîné du président brésilien, Flavio Bolsonaro, lorsqu’il était député de Rio de Janeiro (de 2003 à 2018), s’est accélérée la semaine dernière. Le parquet de Rio de Janeiro a en effet ordonné une vingtaine de perquisitions, notamment chez des proches de la famille.

Le scandale avait éclaté en décembre 2018, quand le journal Estado de São Paulo avait révélé que le Conseil de contrôle des activités financières (Coaf) avait observé des mouvements financiers suspects sur le compte de Fabricio Queiroz.

Le parquet de Rio soupçonnait des employés du cabinet de Flavio Bolsonaro d’avoir reversé une partie de leur salaire à Fabricio Queiroz, mais les enquêteurs n’avaient pas pu aller plus loin : en juillet dernier, le président de la Cour suprême avait en effet suspendu les processus judiciaires utilisant, sans autorisation préalable de la justice, des données financières de particuliers. Fin novembre, cette décision a été annulée par la plus haute juridiction du Brésil, permettant à l’enquête de reprendre. Elle se focalise désormais sur le fils aîné du président brésilien.

“Chef d’une organisation criminelle”

Dans un document du parquet, les procureurs affirment ainsi que Flavio Bolsonaro a été, de 2007 à 2018, alors qu’il était député de Rio, “le chef d’une organisation criminelle” destinée au “détournement de fonds publics et au blanchiment d’argent”, a révélé jeudi le site G1, du groupe O Globo.

Le parquet affirme par ailleurs que

[…]

Courrier International





A lire aussi

Laisser un commentaire