Burkina : Un groupe d’enseignants et d’intellectuels créent le Cercle d’Etude Afrique-Monde


Le Cercle d’Etude Afrique-Monde, CEDAM. C’est le nom de la structure, présentée au public le samedi, 21 décembre 2019 à Ouagadougou. Apolitique, l’organisation est constituée d’enseignants, d’enseignants-chercheurs et d’intellectuels burkinabè qui désirent apporter une contribution pointue aux réflexions sur les sujets stratégiques au Burkina et à l’International.

« Le CEDAM est né de la volonté d’intellectuels, d’enseignants et d’enseignants-chercheurs burkinabè, qui ont décidé d’apporter leur contribution aux débats démocratiques, au développement de notre nation, surtout en ces moments où nous assistons à un monde totalement agité à tous les niveaux, à des défis sécuritaires sans précédent au niveau du G5 Sahel, à des difficultés sur le plan économique, à des frondes sociales », a situé le président de conseil d’administration du Cercle d’Etude Afrique-Monde, Professeur Stanislas Ouaro, ministre de l’Éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN). Pour lui, cette organisation permettra d’apporter sa part de réflexions sur des questions à enjeux majeurs, souvent débattues dans tous les sens dans l’espace public.

Par cette initiative donc, il s’agit de contribuer, de façon saine et pointue, aux débats et à la construction du Burkina Faso et de l’Afrique.

Pour les porteurs de cette organisation, il est plus que jamais temps que les Africains, en particulier les intellectuels, prennent leurs responsabilités pour être la lanterne qui va éclairer les efforts de développement de leur pays.

Pr Ouaro, avec à sa droite, le ministre Harouna kaboré et l’expert en sécurité, Mahamoudou Savadogo, et à sa gauche, l’ancien ministre de l’énergie, Pr Oumar Dissa.

Pour cela, le CEDAM s’est fixé pour objectifs de fournir des formations et analyses sur les sujets à enjeux stratégiques. Pour atteindre ces objectifs, les responsables du centre entendent conduire des séminaires thématiques, des conférences, des colloques et des travaux de recherche scientifiques sur le terrain.

« Nos pays ont beaucoup d’intellectuels, beaucoup de chercheurs de très hauts niveaux, qui n’ont aucun complexe vis-à-vis de leurs pairs. Il est donc bien que l’on puisse avoir des structures de réflexions, tel que le CEDAM, afin de contribuer au développement à travers la production d’idées », a justifié le Professeur Stanislas Ouaro, situant le contexte de création du CEDAM. 

« Au regard des agitations et enjeux au niveau international et mondial, il est important que ce genre d’initiatives existent aux côtés d’autres structures, afin de contribuer, dans un partenariat fructueux, aux débats ; qu’ils soient politiques, économiques, géopolitiques ou stratégiques. (…). Le Centre va travailler sur des thématiques de recherche liées au positionnement stratégique, mener des réflexions profondes, rigoureuses et scientifiques sur les grands enjeux du moment et les questions de défi sécuritaire, en lien avec beaucoup de secteurs, tels que ceux de la culture, du tourisme, de l’industrie, des mines, du commerce, de l’éducation et de la santé », a présenté Stanislas Pr Ouaro, qui avait à ses côtés, plusieurs figures de la scène publique, dont le ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, et l’ancien ministre de l’Energie, Pr Oumar Dissa.

O.L

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire