Burkina Faso: Festival de musique, de danses et des Arts de Tenkodogo – L’intégration sous-régionale célébrée


Le festival a été marqué par une compétition de chants et de danses traditionnels. La clôture de la Ve édition du festival de musique, de danses et des autres arts de Tenkodogo (FESMART) a eu lieu, le dimanche 29 décembre 2019.

Les lampions se sont éteints sur la Ve édition du festival de musique, de danses et des autres arts de Tenkodogo (FESMART). Placé cette année sous le thème : « Culture, intégration régionale et cohésion sociale », l’événement a, en effet, connu son épilogue, le dimanche 29 décembre 2019.

Le FESMART 2019 a été marqué par une compétition qui a opposé huit troupes dont cinq en danse traditionnelle et trois en vedette de la chanson traditionnelle.

En danse traditionnelle, la troupe Rogomikèta a occupé la première place et a reçu la somme de 200 000 F CFA. Elle a été suivie par la troupe Tontabo qui est repartie avec une enveloppe de 175 000 F CFA.

La troupe Wend-boulga, classée 3e, a empoché la somme de 150 000 F CFA. Classées respectivement 4e et 5e, les troupes Soro et Tega-wendé ont reçu, chacune, 100 000 F CFA.

En vedette de la chanson traditionnelle, Thérèse Lenga a été classée première et a reçu une somme de 200 000 F CFA. Mariétou Bancé a été classée 2e et est repartie avec une enveloppe de 175 000 F CFA.

Lamoussa Ouangré, classée 3e, a reçu une somme de 150 000 F CFA. Tous les lauréats ont reçu des attestations de participation décernées par le promoteur. Organisé par l’Association Develop Burkina Faso (ADBF), le FESMART entend intensifier, selon ses organisateurs, l’intégration sous-régionale par la culture afin de booster le développement du Burkina Faso.

«C’est en cela que ce festival se particularise pour être en phase avec les engagements en matière d’intégration régionale des peuples», a souligné le premier adjoint au maire de Tenkodogo, Ousmane Bangré.

Pour le représentant du conseiller spécial du président du Faso, chargé de la culture et du tourisme, Désiré Guinko, cette initiative vient démontrer que le Burkina Faso a d’importantes potentialités culturelles à valoriser.

A son avis, l’un des objectifs de ce festival, est de faire découvrir des talents artistiques en phase d’éclosion. Le représentant du gouverneur de la région du Centre-Est, Ali Ouédraogo s’est dit émerveillé par cette célébration de la culture, qui fait la promotion du vivre- ensemble et de la cohésion sociale.

« La thématique choisie est pertinente et d’actualité, notamment dans un monde en proie à diverses crises de violences, de désintégration sociale et de perte des valeurs morales et sociales qui, naguère constituaient la force et la magnificence de nos peuples », a renchéri, pour sa part, le représentant de la patronne (la ministre de la Santé) du 5e FESMART, Narcisse Naré.

Il a, en outre, rassuré les organisateurs de la disponibilité des premiers responsables du département de la Santé à accompagner le FESMART pour le rayonnement de la culture au niveau du Centre-Est.

Quant au promoteur, Lucien Zouré, il a soutenu que la culture est un élément central du développement d’une nation et de son intégration sous régionale.

«C’est pour cette raison que la région du Centre-Est, les Savanes du Togo et l’Upper East du Ghana ont travaillé en tandem pour remettre en selle le festival afin qu’il puisse participer à la promotion de cette intégration régionale», a-t-il affirmé. Il s’est, par ailleurs, réjoui de la « participation massive » du public à cette Ve édition du FESMART.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire