Burkina Faso: La radiographie du CHR de Gaoua en panne


Le Comité de mobilisation citoyenne (CMC), une coalition de mouvements et associations de jeunesse, a sonné le rassemblement dans la soirée du jeudi 9 janvier 2020, à Bobo-Dioulasso.

A travers ce rassemblement citoyen, les organisateurs disent marquer leur soutien au Président du Faso, en prélude à son déplacement à Pau en terre française. Un tête-à-tête des chefs d’Etat du « G5 Sahel » (Le Burkina Faso, le Niger, le Mali, la Mauritanie et le Tchad) prévu se tenir le 22 janvier prochain. D’ores et déjà, cette rencontre s’avère décisive aux yeux du CMC, en ce sens qu’elle devra sceller une nouvelle alliance des pays du « G5 Sahel » avec l’Hexagone. En rappel, ce rendez-vous était prévu se tenir le 16 décembre dernier, puis a été reporté à la dernière minute à cause des attaques meurtrières du camp d’Inatès au Niger.

La radiographie du CHR de Gaoua en panne

Depuis le 2 janvier 2020, les examens radiologiques ne sont plus possibles au Centre hospitalier régional(CHR) de Gaoua. Les sources concordantes contactées dans le centre confient que le développeur du dispositif permettant de faire les radiographies est tombé en panne du fait des coupures d’électricité. En rappel, l’ancien appareil de radiologie qui était en panne depuis juin 2019 a été remplacé par un nouveau, courant novembre. Malheureusement, ce dernier est aussi tombé en panne. Mais même si l’administration répare l’appareil, il y a un autre problème. Il s’agit du fait que les agents travaillant avec l’appareil ne sont pas assurés d’être protégés des rayons X dégagés pendant l’usage des machines. Car, ils craignent que le dispositif de protection de la machine actuelle ne soit pas efficace du fait qu’il soit issu de l’ancienne, moins puissante que l’actuelle. Pour l’instant, il est impossible de faire un examen radiographique dans la région du Sud-ouest et ce, jusqu’à nouvel ordre.

Solenzo : le corps calciné d’un enfant découvert dans un champ à Bèna

Le jeudi 9 janvier 2020 en début de matinée un habitant de la localité fait cette découverte macabre dans le champ de la famille Romba, situé à 5km de Solenzo sur la route du village de Bèna. En effet, le corps calciné d’un enfant de 6 ans dont les deux bras et les deux pieds ont été ôtés a été découvert près d’une case dans le quartier communément appelé au « 5 kilo » par les habitants de Solenzo. Le présumé auteur de cet acte macabre a amputé les deux pieds et les deux bras de l’enfant avant de mettre du bois sur le corps et y mettre le feu. Selon toute vraisemblance, le bourreau a retiré le corps du feu et le déposer près d’une case en mettant le feu à celle-ci avant de prendre la fuite. Selon Zakaria Romba, oncle paternel du défunt, enfant appelé Romba Rasmané alias Baba a quitté le domicile depuis le dimanche matin pour ramener des moutons à l’abreuvoir et n’est plus revenu. Un communiqué sur sa disparition a été fait sur la radio Lotamu et des recherches engagées ont été vaines. Les constats des agents de la santé et de la gendarmerie nationale ont été faits et la gendarmerie promet faire la lumière sur cette affaire.

Haricot vert : La boîte de tomate chute à 100 FCFA

La production du haricot vert connaît un véritable boum cette année. A Bobo-Dioulasso, ce légume est présent presque sur tous les marchés et autres lieux de vente en quantité invraisemblable et subit du même coup la loi implacable de l’offre et de la demande. La boîte de tomate qui était cédée à 600FCFA dans la foulée des fêtes de fin décembre a chuté et n’est plus vendue qu’à 100 FCFA ou 150FCFA actuellement. Si les consommateurs se frottent les mains, du côté des vendeuses de légumes, on grince les dents. Il reste à trouver des solutions à la conservation de ce produit où à son exportation.



fianncieafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire