Burkina Faso: Promotion des industries culturelles – Le pays élabore son 3e rapport


Les travaux d’élaboration du 3e Rapport périodique quadriennal (RPQ) sur la convention de 2005 ont débuté, le jeudi 9 janvier 2020 à Ouagadougou, en présence du ministre en charge de la culture, Abdoul Karim Sango.

La convention de 2005 de l’UNESCO établit le droit des Etats d’adopter des politiques et des mesures pour soutenir l’émergence d’industries culturelles et créatives dynamiques et fortes. Après 2013 et 2017, le Burkina Faso se prépare à soumettre à l’organisme onusien, un 3e Rapport périodique quadriennal (RPQ). La consultation nationale multipartite pour l’élaboration de ce 3e RPQ a, en effet, démarré le jeudi 9 janvier 2020 à Ouagadougou. « La production de rapports quadriennaux témoigne du respect des engagements pris par les Etats parties sur la mise en œuvre de la Convention de 2005 de l’UNESCO », a déclaré le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, à l’ouverture des travaux. Ce 3e rapport périodique, en cours d’élaboration, a-t-il annoncé, sera soumis à l’UNESCO au plus tard le 30 avril 2020.

Pour lui, le processus d’élaboration de ce document donne aux participants de cet atelier une opportunité de réfléchir et de repenser les politiques publiques en matière de culture du Burkina. « Ce travail implique une collecte d’informations, de données statistiques et l’identification de bonnes pratiques sur les politiques et mesures contribuant de manière pertinente et significative, à la mise en œuvre de ladite convention au niveau national », a expliqué le ministre Sango. A l’entendre, le pays des Hommes intègres est un « bon exemple » dans la mise en œuvre de la convention de 2005. Il est donc impérieux de consolider, a-t-il estimé, cette belle image dont nous jouissons en effectuant un travail de grande qualité à travers ce 3e RPQ. En rappel, la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, adoptée le 20 octobre 2005 par l’UNESCO donne la possibilité aux Etats « d’assurer aux artistes, aux professionnels de la culture et aux créateurs et à tous les citoyens, la capacité de créer, de produire, de diffuser et de profiter d’une vaste gamme de biens, de services et d’activités culturels ».



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire