Vatican. La dernière bataille de Benoît XVI



Le retour en force du pape émérite contre son successeur, le pape François, sur la question du célibat des prêtres scinde l’Église catholique. Mais le combat est inégal et dessert Benoît, juge ce quotidien allemand.

Plus papiste que le pape”, titre Die Welt, pour qualifier le pape émérite Benoît XVI, qui revient sur le devant de la scène dans le débat sur les prêtres mariés et “met des bâtons dans les roues de son successeur, le pape François, en assénant ses positions dogmatiques”.

C’est surtout la manière péremptoire de l’intervention de Benoît contre un assouplissement de l’interdiction du mariage des prêtres qui surprend, souligne le quotidien berlinois conservateur, alors qu’il a “lui-même œuvré en ce sens comme aucun autre”, pour étendre l’influence du Vatican et contrer ses adversaires de l’Église anglicane. Parler de “mensonges diaboliques visant à “annihiler le célibat des prêtres” est pour le moins surprenant, estime le journal, qui analyse ainsi la situation :

Contrairement à la version acidulée du film ‘Les deux Papes’ [de Fernando Meirelles, sorti en 2019], Benoît n’a pas choisi lui-même son successeur, et il ne s’est jamais réconcilié avec lui. Au contraire, il se considère de plus en plus comme le centre spirituel d’une opposition interne à la modernisation de l’Église, à laquelle aspire François. Le problème est que Benoît, en ayant failli à mettre au jour les scandales d’abus sexuels dans les décennies passées, a dilapidé le capital moral dont tout conservateur a besoin, quand il veut s’inscrire contre l’esprit du temps.”

Source

“Le Monde”, porte-drapeau des éditions Springer, est une sorte de Figaro à l’allemande. Très complet dans le domaine économique, il est aussi lu pour ses pages concernant le tourisme et l’immobilier.
Notamment avec sa rubrique d’analyse,

[…]

Lire la suite





A lire aussi

Laisser un commentaire