Échanges d’énergie électrique au sein de la CEDEAO – Des pistes explorées pour sécuriser le paiement des factures d’électricité inter-Etats



Les ministres de l’Energie de six Etats membres de la CEDEAO ont poursuivi ce lundi 4 février 2020, à Abidjan, hôtel Ivoire, les réflexions sur la sécurisation des paiements relatifs au commerce de l’énergie en Afrique. Le ministre ivoirien du Pétrole, de l’Energie et des Energies renouvelables, Abdourahmane Cissé, a affirmé à l’entame des travaux que « le risque lié au paiement des factures d’énergie est une barrière majeure aux échanges d’énergie électrique au sein de l’espace CEDEAO et par conséquent un frein au développement d’un marché régional de l’énergie. »

C’est donc en vue d’y trouver une solution qu’un groupe de travail a été mis sur pied, appuyé par la Banque mondiale, pour la réalisation d’une étude visant la mise en place d’un système pour la sécurisation des paiements relatifs au commerce de l’énergie électrique dans l’espace CEDEAO.

Deux principales recommandations examinées

Les travaux d’Abidjan ont consisté à examiner les recommandations des experts qui ont tenu une réunion préparatoire le 2 février à Abidjan. Ces recommandations, souligne le ministre Cissé, portent essentiellement sur la création d’un fonds revolving axé sur le commerce de l’électricité dans la région afin de renforcer la liquidité des acteurs; et la mise en place d’un programme d’aide budgétaire régional de la Banque mondiale axé sur les réformes nécessaires pour adopter et mettre en œuvre la nouvelle directive de la CEDEAO. Andourahmane Cissé a appelé ses pairs à conjuguer les efforts pour aboutir « à un mécanisme simple, pratique et adapté pour la sécurisation des échanges transfrontaliers d’énergie électrique. »



newsabidjan

A lire aussi

Laisser un commentaire