à Kékédina, l’école tend à disparaître


EDUCATION – Créée en 1984, la première et l’unique école de Kékédina, dans la province du Kanem demeure toujours dans un état primitif et l’amélioration des conditions d’études tardent.

A Kékédina, une localité de la province du Kanem, située à 65 kilomètres de la ville de Mao, l’éducation semble ne pas être une priorité. Il n’y a aucune école digne de ce nom dans cette localité, sinon la seule qui existe est créée en 1984 et construite en terre battue. Depuis lors, elle n’a fait l’objet d’aucune amélioration.

Alors qu’elle est une école à cycle complet (de CP1 au CM2), l’école officielle de Kékédina ne dispose que de deux salles de classe et l’état dans lequel se trouvent ces salles laisse à désirer. Si l’infrastructure ne répond pas aux normes, les matériels didactiques n’existent pas et rester sur les tables-bancs est un luxe que les élèves de cette école ne connaissent pas.

Pour un effectif total de 285 élèves dont 165 filles, il n’y a que trois enseignants. L’un est un volontaire autochtone et les deux sont envoyés par l’Etat. Vu l’effectif des élèves et le nombre insuffisant des enseignants, Béral Samedi, l’un des enseignants envoyés par l’Etat et par ailleurs directeur de ladite école plaide pour plus de soutiens pour donner une éducation de qualité aux enfants de cette partie du Kanem.

A lire: il n’est pas aisé de tomber malade dans la province du Kanem

Autre problème qui ne facilite pas les études dans cette localité de 25 347 habitants, c’est l’absence d’un collège d’enseignement général pour ne pas parler d’un lycée. Les élèves qui passent pour le collège sont obligés de venir à Mao, chef-lieu du Kanem pour poursuivre leurs études. Ce qui contribue fortement à la déscolarisation des filles. « Le gouvernement a signé un arrêté pour la construction d’un collège mais jusque-là rien n’est encore fait », déplore le directeur de l’école de Kékédina.

En attendant, pour encourager
les élèves à ne pas vider les classes, une ONG de la place a fait construire une
cantine scolaire en 1992 au sein de cette école officielle.





tchadinfos

A lire aussi

Laisser un commentaire