Achille Mbembe:  « le jour où la RDC se mettra debout, l’Afrique marchera sur ses propres jambes »


Théoricien du post-colonialisme, membre de l’équipe du Wits Institute for Social & Economic Research (WISER) de l’université du Witwatersrand de Johannesburg en Afrique du Sud, ses ouvrages et ses conférences ont influencé la génération actuelle des penseurs africains. Achille Mbembe participe aux premiers ateliers de Yango II, la biennale de Kinshasa. Mardi 5 février, il a partagé un panel avec Nadia Yala Kisukidi, philosophe et commissaire de la biennale de Kinshasa.

« Kinshasa représente pour beaucoup d’africains et de personnes de descendance africaine dans le monde un énorme symbole. C’est un symbole culturel, un symbole d’une Afrique qui pourrait devenir sa puissance propre, si seulement les conditions étaient réunies pour cela. C’est une énorme capitale dans le monde que l’on pense à la musique où aux arts plastiques, au cinéma, à la peinture, etc. C’est un énorme plaisir d’être ici », a t-il dit à ACTUALITE.CD

Dans sa conversation avec la philosophe franco-congolaise, il a insisté sur le thème du réenchantement de l’Afrique, en pensant les choses à partir du continent. Et ainsi, il a évoqué le rôle que doit jouer la RDC.

« Le jour où la RDC se mettra debout, l’Afrique marchera sur ses propres jambes. Notre grand espoir est que le Congo se mettent debout, avec d’autres pays du Continent comme le Nigéria, l’Afrique du Sud, l’Ethiopie, le Congo formerait une de grandes locomotives de notre renaissance. C’est cela notre espoir », a t-il ajouté dans son interview accordée à ACTUALITE.CD

Ce panel était une des activités de la biennale de Kinshasa que le Professeur Mbembe soutient: « C’est un instant magnifique. La culture artistique au Congo est l’un de plus fertiles en Afrique. Ces initiatives doivent être soutenue par l’Etat, les mécènes. C’est une biennale qui rehausse l’image de ce pays et lui donne une définition que beaucoup d’autres pays lui envie ». 

Pour le contexte, les premiers ateliers de la Biennale Yango II se dérouleront à Kinshasa du 4 au 6 février. Cette première phase s’articule autour du questionnement des multiples transformations de l’art contemporain dans le contexte congolais.

Vous pouvez écouter l’entièreté de l’interview avec Achille Mbembe ci-dessous.



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire