Archidiocèse de Ouagadougou : Un bureau ecclésiastique pour recueillir les éventuelles accusations d’abus sexuels


Le cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque métropolitain de Ouagadougou, a constitué un bureau ecclésiastique de trois membres pour « accueillir d’éventuelles informations et accusations d’abus sexuels sur des mineurs, des personnes vulnérables ou sur des adultes (hommes, femmes, jeunes filles), de la part de clercs, de membres d’Instituts de vie consacrée ou de Sociétés de vie apostolique ».

Cette décision de l’église catholique du Burkina émane d’une recommandation du Pape François qui a promulgué, en mai 2019, une lettre pastorale relative à la protection des mineurs et des personnes vulnérables.

Le décret de création du bureau ecclésiastique explique que « quiconque possède des informations ou des soupçons fondés relatifs aux abus sexuels ou scandales sexuels, est prié de s’adresser au bureau ecclésiastique pour les signaler. Toute personne qui effectue un signalement peut le faire oralement ou par écrit, et doit être protégée par une obligation de confidentialité et de respect ». C’est pourquoi, un comité ad hoc composé de personnes ressources qualifiées (juristes, avocats, psychologues) a été constitué pour collaborer avec le bureau ecclésiastique.

Le cardinal Philippe Ouédraogo explique cette décision par ces mots : « Notre Seigneur Jésus-Christ appelle chaque fidèle à être un exemple lumineux de vertu, d’intégrité et de sainteté. Les crimes d’abus sexuel offensent notre Seigneur, causent des dommages physiques, psychologiques et spirituels aux victimes et portent atteinte à la communauté des fidèles. Pour que ces phénomènes, sous toutes leurs formes, ne se reproduisent plus, il faut une conversion continue et profonde des cœurs ».

Les trois membres du bureau ecclésiastique sont Mgr Marius Kinda, pénitencier diocésain ; l’abbé Alfred Ouédraogo, vicaire général ; et le révérend Père Jean Ilboudo, jésuite.

E.K.S.

Lefaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire