Congo-Kinshasa: Forum Indaba Mining – Les mines congolaises en quête de potentiels investisseurs


C’est dans l’optique de vendre l’image de la RDC en suscitant un certain attrait dans le chef des potentiels investisseurs que Sylvestre Ilunkamba a orienté son discours prononcé, le lundi 3 février, à l’ouverture de la vingt-sixième édition du Forum Indaba mining qui se tient à Cape Town, en Afrique du sud.

A la suite du chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, qu’il a représenté à ce forum économique, le Premier ministre a mis en exergue les efforts que son gouvernement est en train d’entreprendre pour assainir le milieu des affaires et favoriser les investissements. « Mon pays a besoin des investisseurs dans la recherche géologique et dans l’exploitation des gisements », a-t-il déclaré tout en mettant en relief les opportunités d’investissements qu’offre la RDC notamment dans le secteur minier. Les ressources minières immenses et variées sous exploitées dont regorge le pays n’attendent que des investisseurs pouvant les bonifier en leur apportant une plus-value.

Sylvestre Ilunkamba s’est attelé à apaiser les esprits et à ôter les derniers soupçons d’appréhensions en rapport avec le climat des affaires. Et de rappeler à ce sujet la série des réformes initiées par le gouvernement afin de garantir un environnement attractif et incitatif aux investisseurs. « La RDC est un pays d’accueil des investisseurs », a-t-il indiqué avant d’inviter les opérateurs économiques intéressés par les mines congolaises à se conformer au Code minier qui, selon lui, reflète les aspirations du peuple congolais dans la gestion de ses ressources minières.

« Le code minier de 2002, révisé en mars 2018, doit être pérennisé et mis en application pour que les Congolais jouissent de leurs ressources naturelles », a martelé Sylvestre Ilunkamba tout en se félicitant de l’augmentation des recettes à travers la redevance minière. Il s’agit là d’un des acquis majeurs du Code minier revisité qui prône des partenariats gagnant-gagnant avec tous les intervenants du secteur minier. Et d’expliquer que la vision du gouvernement congolais s’inscrit en droite ligne de la vision minière africaine qui, dans ses lignes directrices, appelle à l’industrialisation de l’Afrique. Et ce, à partir de l’exploitation rationnelle et durable des ressources minières en vue d’entraîner des effets positifs dans les autres secteurs d’activités de la vie économique des Etats africains.

Devant les investisseurs réunis à Cape Town, le Premier ministre a rappelé les axes de la politique minière de son gouvernement inspirée de la vision minière africaine. Il s’agit notamment du respect du Code minier par tous les intervenants ; de l’assainissement du secteur minier artisanal en luttant contre le travail des enfants (aucun enfant dans les mines d’ici à l’horizon 2025) ; de lutter contre le gel des périmètres miniers ; d’approfondir la connaissance du sous-sol par l’intensification des recherches géologiques ; de promouvoir l’entrepreneuriat local par la sous-traitance ; de transformer les minerais localement pour leur donner une plus-value en résolvant le déficit énergétique, de la prise en compte des intérêts des générations futures avec la création du fonds minier dont l’opérationnalisation a été lancée, du contrôle des substances stratégiques, particulièrement le cobalt.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire