Environnement : des experts de la CEEAC à Libreville pour valider la stratégie et le plan d’action de réduction des risques de catastrophes naturelles


La Secrétaire générale du ministre de l’Intérieur, Judith Koumba Pemba Mombo, a présidé, mercredi à Libreville, l’ouverture de l’atelier régional de validation de la stratégie et du plan d’action genre pour la réduction des risques de catastrophes naturelles en Afrique centrale.

Des experts des 11 pays membres de la CEEAC participent à cette rencontre. Ils ont la mission d’apprécier et d’évaluer la stratégie élaborée par le cabinet d’études Cowater International pour la période 2020-2030.

Organisé par la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et soutenu par l’Union européenne, la Banque mondiale et le gouvernement gabonais, l’atelier prendra fin vendredi prochain.

Le document issu de la rencontre de Libreville permettra à l’Afrique centrale de s’arrimer au programme africain pour la réduction des risques de catastrophes climatiques (RRC) qui bénéficie d’un appui financier de l’Union européenne.

Au niveau mondial, les problèmes liés aux risques de catastrophe sont gérés par le Programme de prévention des catastrophes naturelles.

Selon la représentante de la Banque mondiale au Gabon, Alice Ouedraogo, le Programme de prévention des catastrophes naturelles a déjà organisé 400 formations au profit d’environ 14 000 personnes dont 10 000 formées en gestion des risques de catastrophes et 2 000 sur les évaluations post-catastrophe. Le programme a publié environ 250 études analytiques et effectué 20 évaluations des besoins post-catastrophe.

Le futur programme d’action de la CEEAC cible l’approche genre parce que tous les citoyens n’ont pas les mêmes capacités pour faire face aux conséquences d’une catastrophe naturelle. Les femmes et les enfants n’ont pas souvent les moyens de se protéger eux-mêmes a soutenu Mme Ouedraogo.

Eudes Rinaldy Leboukou 





gabonactu

A lire aussi

Laisser un commentaire