Handiplanet, un Tripadvisor pour personnes handicapées


La vie d’une personne en situation de handicap n’est évidemment pas de tout repos. A fortiori quand il s’agit de voyager. Vous vous doutez bien que la logistique et l’organisation sont extrêmement contraignantes tout comme les choix des destinations, notamment en termes d’accessibilité. Echaudée par de multiples expériences amères, dont un voyage en Grèce, Mélina Kouratoras, en situation de handicap, a créé Handiplanet. Une plateforme Web, permettant aux contributeurs de noter les lieux touristiques en fonction de leur accessibilité.
Contrairement aux personnes valides, celles en situation de handicap sont soumises à conditions au moment de porter leurs choix sur tel ou tel hôtel. Par exemple, un établissement sans couloir assez large, sans lit grand format, dépourvu de douche italienne ou de pharmacie à proximité, n’est pas adapté aux contraintes imposées par leurs handicaps.
C’est justement pour éviter ce genre de situation, qu’intervient Handiplanet. Décliné en application mobile depuis quelques semaines, le réseau social créé par Mélina Kouratoras, en situation de handicap, et son frère, est né d’une expérience personnelle. Un voyage qui a mal tourné. « Quand j’ai voulu partir en Grèce avec ma famille, j’ai tenté de me renseigner sur les hôtels et les restaurants », explique pour le site « 20 Minutes », la Nantaise de 34 ans, atteinte de myopathie. Puis de préciser : «Sauf qu’il est très difficile de trouver des informations fiables. Heureusement que mon frère était là quand je suis arrivée sur cette plage soi-disant accessible aux personnes à mobilité réduite ».        
Avec ses 10.000 utilisateurs et 4.000 villes référencées, la plateforme offre la possibilité d’ajouter des lieux comme des médiathèques, musées ou gares. A l’instar de Tripadvisor, les contributeurs ont également la latitude de noter les lieux ajoutés en fonction de leur expérience sur place, ainsi que le type de leur handicap (en fauteuil, malvoyant…). En sus, il est également possible de déterminer le nombre de marches dans un lieu, indiquer les espaces pour tourner et les trottoirs adaptés. Bref, les critères d’évaluation ne manquent pas et sont assujettis à l’appréciation des personnes concernées.    
Selon Mélina Kouratoras, « certains établissements se revendiquent comme accessibles car ils ont une rampe d’accès par exemple, mais cela peut cacher de mauvaises surprises. Comme un hôtel où il n’y a que des salles de bains avec baignoire, ou un restaurant dont les toilettes sont trop étroites… ».
Si Handiplanet est aussi considéré comme un réseau social, c’est parce qu’il existe une fonctionnalité permettant à ses utilisateurs, d’entrer en contact via des messages privés afin de s’échanger des conseils. La fonctionnalité en question est censée mettre les projecteurs sur certaines incohérences et surtout éviter de tomber dans des pièges. Comme en atteste la capitale portugaise.
La créatrice de Handiplanet argumente « On a beaucoup de bons retours sur certains quartiers de Lisbonne, alors que cette ville peut sembler compliquée en raison de ses rues très vallonnées. Idem pour Venise, où l’on s’aperçoit que même en fauteuil manuel ou électrique, on peut faire plein de choses, comme prendre le Vaporetto. » Et de conclure : « Ces retours sont très importants car ils permettent aux personnes de se projeter, de se rassurer. Et donc d’éviter de s’isoler».  



libe

A lire aussi

Laisser un commentaire