Kwilu : 45% d’infractions réprimées en 2019 sont des cas des violences sexuelles sur mineures (rapport annuel)


La Cour d’appel du Kwilu fait état de 45% d’infractions réprimées en 2019 par les tribunaux de grande instance et les deux tribunaux pour enfants sont des cas de violences sexuelles sur mineures. Selon le rapport annuel d’activités de protection légale des enfants exercice 2019 rendu public lundi dernier, la Cour d’Appel constate une baisse du taux par rapport à l’année 2018 qui présentait un taux de 56%.

« Il faut dire que 45 % c’est en 2019 avec l’implication du groupe de travail. Mais si nous remontons en 2017, il y avait 65%, en 2018, 56 % et cette fois nous venons de parler de 45 %. Malheureusement, les victimes ce sont seulement les mineures. Il n’y a pas d’adultes dans les 45%, tout simplement parce que les adultes, comme le premier président venait de le dire, les adultes se gênent pour dénoncer le viol dont elles sont victimes », a indiqué à ACTUALITE.CD, le  conseiller de la Cour d’Appel du Kwilu, Julien Kikunzukani.

Dans le rapport du Bureau Conjoint des Nations-Unies pour les Droits de l’homme publié en décembre dernier, le BCNUDH accusait les agents de l’Etat (militaires et policiers) d’être impliqués dans des cas de violences sexuelles contre les enfants au cours des mois d’octobre et novembre 2019 (7 cas). 

Jonathan Mesa, à Bandundu

 



actualitecd

A lire aussi

Laisser un commentaire