la bourde de l’ambassadrice croate au moment du Brexit



Irena Andrassy s’est emmêlée les pinceaux au moment de rendre hommage au représentant britannique à Bruxelles, la semaine dernière. La preuve, pour le Financial Times, de l’héritage mitigé laissé par le Royaume-Uni en matière linguistique.

“C’est sans doute l’illustration parfaite de quarante-sept années de décalage entre les Britanniques et le reste de l’Union européenne”, s’amuse le Financial Times. Mercredi 29 janvier, deux jours avant la mise en œuvre du Brexit, une scène plutôt cocasse s’est déroulée lors d’un Comité des représentants permanents à Bruxelles. Le dernier en présence du Royaume-Uni. “Thank you, goodbye and good riddance [Merci, au revoir et bon débarras]”, a ainsi lancé l’ambassadrice de Croatie auprès de l’Union européenne, au moment de conclure. Irena Andrassy animait la séance en qualité de représentante de l’État assurant la présidence tournante de l’Union européenne.

“Malgré l’ambiance parfois électrique autour du Brexit, cet adieu n’avait pas vocation à être une pique déguisée”, assurent au journal financier les diplomates témoins de la scène. En réalité, la Croate a cru bien faire en concluant par l’expression “good riddance”, qu’elle pensait synonyme de “good luck” (bonne chance).

“Les Britanniques ont vu le côté amusant et ont compris ce qu’elle voulait dire, raconte un officiel. Mais l’histoire retiendra que ce furent les derniers mots de l’UE à l’endroit du représentant britannique, sir Tim Barrow. “Les Britanniques pliés de rire, les diplomates bruxellois perplexes : les adieux officiels de l’UE au Royaume-Uni portent la signature d’une Croate”, titre avec humour le quotidien de Zagreb Jutarnji List.

“La maladresse linguistique d’Andrassy résume très bien le bilan mitigé de la contribution britannique en Europe, souligne de son côté le Financial Times. Londres a réussi à imposer l’anglais comme l’une des deux principales langues de travail de l’Union (avec le français), mais ses nuances échappent souvent aux locuteurs dont ce n’est pas la langue maternelle.”





A lire aussi

Laisser un commentaire