le cri du cœur des parents d’étudiants sénégalais confinés à Wuhan



Publié le :

Les proches des 13 étudiants sénégalais confinés dans la ville chinoise de Wuhan, épicentre de l’épidémie de coronavirus, ont tenu mercredi 5 février une conférence de presse à Dakar pour demander leur retour immédiat.

Avec notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac

Les parents de 13 étudiants sénégalais confinés à Wuhan, en Chine, ont lancé un « cri du cœur ». Le président Macky Sall a déclaré –ce lundi 3 février- que la question du rapatriement n’était « pas simple », que le Sénégal n’avait « pas les moyens » de les faire rentrer et de les prendre en charge en toute sécurité, en évoquant « une logistique hors de portée ». Une déclaration qui suscite l’incompréhension des familles des étudiants. Réunis en collectif, ils ont tenu une conférence de presse mercredi à Dakar, pour demander leur retour immédiat.

El Hadj Malick Coulibaly ne quitte pas son téléphone, et garde un œil sur l’application WhatsApp. Son fils Younouss étudie à Wuhan depuis 2 ans, en génie informatique : « On communique tous les jours. Chaque matin je l’appelle. Il me dit : « le truc devient de plus en plus difficile » ».

Le collectif se dit « meurtri et amer » après la déclaration du président. Abdoulaye Sall, père d’un étudiant en génie civil à Wuhan « On ne peut pas comprendre qu’un chef de l’État s’adresse à la nation pour dire que la République n’a pas les moyens de rapatrier 13 étudiants. Cela nous a fait un choc terrible. Nous nous sommes réunis avec le secrétaire d’État chargé des Sénégalais de l’extérieur qui nous a fait que des promesses vides « nous allons mettre en place une cellule… » Ce n’est pas ce que nous demandons ».

Les familles des étudiants rappellent la bonne gestion par le Sénégal de l’épidémie Ebola. Mandiaye Kane avait conseillé à son petit frère d’aller étudier à Wuhan « Monsieur le président de la République Macky Sall, on vous demande solennellement, si c’était votre fils qu’alliez-vous faire ?  J’ai mon fils qui est au fond du trou, je lui tourne le dos. Je ne peux pas… « au revoir bye-bye »… C’est inacceptable... ». 

Très ému, Mandiaye Kane ne peut pas terminer sa phrase. De son côté le ministre de la Santé appelle à ne pas « galvauder » les propos du chef de l’État, et répond que « le Sénégal ne dispose pas à ce jour d’un dispositif sécuritaire et sanitaire pour ramener les étudiants sénégalais ».

 



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire