Cameroun: Adamaoua – Les élections s’annoncent très disputées


Le double scrutin de dimanche s’annonce très couru dans toutes les circonscriptions.

Dans 48 heures, les électeurs de l’Adamaoua se rendront aux urnes dans le cadre du double scrutin du 9 février 2020. En résumé, 597 postes de conseillers municipaux et 10 sièges de députés sont en jeu dans l’ensemble de la région. Pendant deux semaines, la campagne électorale a battu son plein dans les départements du Djérem, du Faro et Déo, du Mayo Banyo, du Mbéré et de la Vina. Au regard de l’engouement populaire constaté lors de la campagne, on s’attend à une forte participation. De l’avis des nombreux observateurs, ces élections s’annoncent très disputées entre les huit formations politiques engagées dans la course : RDPC, UNDP, FSNC, PRCN, UNIVERS, SDF, FPD et RCPU.

Mais tous les partis en lice ne sont pas présents partout. A titre d’illustration, le RDPC et l’UNDP sont présents dans toutes les cinq circonscriptions pour les législatives, alors que le PRCN n’est présent que dans le département du Mbéré, le PCPU dans le Djérem et l’Univers dans la Vina. En ce qui concerne les élections municipales, les candidats du RDPC sont présents dans toutes les 21 communes de la région et ceux de l’UNDP dans 20 communes.

Le FPD n’est présent qu’à Ngaoundéré 2è tout comme le RCPU à Tibati. Le FSNC présente des candidats à Ngaoundéré 1er, 2è et 3è, Univers à Mbé et dans les trois communes de Ngaoundéré. Le PCRN à Nyambaka et Ngaoundéré 2è. Quant au SDF, il a jeté son dévolu sur Bankim, Ngaoundéré 1er et Nyambaka. Si l’on s’en tient à l’implantation territoriale et aux résultats des précédentes élections de 2013, le RDPC et l’UNDP peuvent être considérés comme les poids lourds du paysage politique régional et partent avec les faveurs du pronostic.

Mais rien n’est gagné d’avance. Au fur et à mesure que s’approche l’échéance, la température monte dans les états-majors. Certains indicateurs annoncent des batailles épiques dans plusieurs circonscriptions de l’Adamaoua. Selon toute vraisemblance, c’est dans le département de la Vina que la compétition s’annonce très disputée. La confrontation s’annonçait déjà assez rude au niveau des trois communes de Ngaoundéré dont une seule (3è) est contrôlée jusqu’ici par le RDPC.

Tout semble indiquer que c’est aux législatives qu’on va assister à un véritable duel à distance entre deux personnalités en vue qui convoitent l’unique siège de la circonscription de Vina-centre. D’un côté, Ali Bachir qui cumule à ce jour trois mandatures sous les couleurs du RDPC et compte rempiler, même si son bilan est contesté par certains. De l’autre d’Abba Alim, un opérateur économique en vue qui porte les espoirs de l’UNDP aux législatives. Quelque peu en retrait, d’autres partis entendent tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas d’Univers, du SDF, du FNSC, du PCRN, entre autres.

A la représentation régionale d’Elecam, les préparatifs vont bon train. Visiblement, tout est fin prêt. Si l’on en croit des sources dignes de foi, la distribution du matériel électoral s’est déroulée sans trop de heurts dans les circonscriptions. Côté sécurité, le gouverneur de l’Adamaoua nous a confié lors d’un récent entretien que toutes les dispositions ont été prises pour que les élections municipales et législatives se déroulent dans le calme et la paix.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire