Déclaration du ministre de la Femme à l’occasion de la Journée Internationale Tolérance Zéro aux Mutilations Génitales Féminines (MGF)


Ceci est un message de Mme la Ministre de la Femme, de Ia Solidarité Nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire à l’occasion de la commémoration officielle de la Journée Internationale Tolérance Zéro aux Mutilations Génitales Féminines (MGF).

La Communauté internationale a consacré par la résolution A/RES/67/146 de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 20 décembre 2012 pour l’« lntensification de l’action mondiale visant à éliminer les Mutilations Génitales Féminines », la date du 06 février Journée lnternationale « Tolérance Zéro aux Mutilations Génitales Féminines (MGF) ».

En rappel, la Mutilation Génitale féminine est une pratique consistant en l’ablation totale ou partielle des organes génitaux externes féminins pour des raisons non médicales.

Selon Ie Rapport Annuel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2012, elle touche entre 100 à 140 millions de femmes et de filles dans le monde.

Au Burkina Faso, l’excision est la forme des MGF la plus pratiquée. Les actions conjuguées des acteurs étatiques et non étatiques avec l’appui des partenaires techniques et financiers ont permis d’observer une baisse du taux de prévalence de la pratique. En effet, selon I’Enquête Démographique et de Santé (EDS) lV de 2010 et l’Enquête Multisectorielle Continue (EMC) de 2015, ce taux est passé de 75,8% à 67,6% pour les femmes de 15 à 49 ans et de 13,3% à 11,3% pour la tranche d’âge des filles de 0 à 14 ans.

Cependant, malgré ces acquis, d’énormes défis restent à relever notamment la persistance de l’excision sous des formes pernicieuses. En effet, l’on constate l’apparition de phénomènes nouveaux que sont I ‘abaissement de l’âge à l’excision, la mobilité des exciseuses et exciseurs à l’intérieur ou à I ‘extérieur du pays.

La commémoration de la 17ème édition de la Journée Mondiale de la tolérance zéro aux MGF sous le thème : << Investir dans les jeunes pour accélérer l’atteinte de la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines d’ici 2030 » se fait dans un contexte particulier.

Tout d’abord, la mise en œuvre du Plan Stratégique National de promotion de l’élimination des Mutilations Génitales Féminines (PSN/MGF 2016-2020) au Burkina Faso est dans sa dernière année d’exécution. En effet, les résultats encourageants du premier Plan d’Actions Opérationnel ont guidé l’élaboration du deuxième Plan d’Actions Opérationnel 2019-2020 qui à terme, doit permettre de réduire de 20% le taux de prévalence des MGF au Burkina Faso.

Par ailleurs, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, a été sacré « Champion de l’Union Africaine) pour la promotion de I’élimination des mutilations génitales féminines par ses pairs le 11 février 2019 à Addis-Abeba en Ethiopie. Cette distinction confirme le leadership de notre pays en matière de promotion de l’élimination des MGF que nous devons conforter par l’implication des jeunes à la base et par des actions concrètes sur le terrain comme le recommande le thème de la présente édition.

C’est pourquoi, nous devons intensifier la lutte, avec plus d’engagement collectif des jeunes et d’actions individuelles probantes pour l’éradication de cette pratique au Burkina Faso.

Jeunes du Burkina Faso, le thème de cette année vous met au cœur de l’action. Je crois en votre capacité à opérer les changements nécessaires des normes sociales aux côtés de vos aînés et à apporter votre contribution dans ce combat qui est le vôtre.

L’éradication des MGF permettra au Burkina Faso d’offrir un environnement plus protecteur des droits des filles et des femmes leur assurant ainsi une bonne santé, la garantie de leur intégrité physique ainsi que le respect de tous leurs droits.

Je voudrais exprimer la reconnaissance du Gouvernement aux partenaires du Burkina Faso, aux ONG nationales et internationales, aux leaders communautaires, aux professionnels des médias et à tous les acteurs, pour leurs inlassables efforts dans la lutte pour l’élimination des MGF.

J’en appelle à la vigilance et à la mobilisation des communautés, de tous les acteurs étatiques et non étatiques, et surtout des jeunes, en vue de poursuivre les dénonciations préventives des cas d’excision et d’accélérer surtout le processus d’adoption de normes sociales favorables à la « NON-EXCISION ».

Avec les jeunes, stoppons la pratique de l’excision, disons NON à toute forme de

Mutilations Génitales Féminines au Burkina Faso !

Tous mobilisés, Tous en action, I’heure de la Tolérance Zéro aux MGF a sonné !

Je vous remercie !





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire