Fally Ipupa, sous l’aile de « l’aigle » – Jeune Afrique



Tournée africaine, concert le 28 février à l’AccorHotels Arena de Paris, nouvel album… La star congolaise Fally Ipupa lisse son plumage et conseille la jeune génération.


À peine mis en ligne le 13 décembre 2019, le clip de son single « Ça bouge pas » faisait flamber le web. Lunettes de soleil lui cachant la moitié du visage (l’autre étant dévorée par sa barbe soignée), blouson doublé de fourrure, Fally Ipupa livrait à ses abonnés sur YouTube (1,4 million) un long plan-­séquence mêlant chorégraphies virevoltantes, néons multicolores et paroles assumées de lover entre français et lingala. « Pour toi j’mettrai le prix / J’suis prêt à m’endetter, tout partager si tu me suis / Ouais, ouais, ouais, ouais, ouais. »

Le titre, louchant sans complexe sur la musique « urbaine », annonce le prochain opus, Tokooos 2, son sixième album solo en studio, dont il a travaillé certains titres avec son compatriote Youssoupha. Ce nouvel opus devrait sortir en ce début d’année, promet l’artiste, interviewé alors qu’il était en studio, en banlieue parisienne, pour travailler sur l’enregistrement entre deux dates africaines.

Je ne sais pas si je survole la musique africaine, mais je survole mon monde, en tout cas

Fally, qui passe la moitié de sa vie en l’air, mérite amplement le surnom « d’aigle » qu’il s’est donné. « Mobutu était l’aigle de Kawele, rappelle la star congolaise. L’aigle, c’est aussi l’emblème des États-Unis. Je ne sais pas si je survole la musique africaine, mais je survole mon monde, en tout cas. Ça fait plus de dix ans que je suis dans le show-business, et je ne me porte pas trop mal. »





jeuneafrique

A lire aussi

Laisser un commentaire