Hydrocarbures et environnement : Des ministres de la CEDEAO réunis à Ouagadougou pour plus d’harmonisation


Du 5 au 7 février 2020, les ministres des hydrocarbures et de l’environnement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont à Ouagadougou pour une réunion sur l’harmonisation de leurs secteurs d’activité. Il s’agit d’une synergie d’actions pour l’utilisation des hydrocarbures propres dans un environnement saint.

Après une réunion des experts des hydrocarbures et de l’environnement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à la veille, c’est au tour des ministres de tenir leur rencontre, ce jeudi 6 février 2020. Selon le ministre de l’environnement du Burkina, Batio Bassière, la question de l’énergie et celle de la protection de l’environnement sont aujourd’hui au cœur de toutes les politiques mondiales. C’est ainsi que les ministres en charge des hydrocarbures et de l’environnement de la CEDEAO se réunissent à Ouagadougou pour l’harmonisation des spécifications des hydrocarbures et des limites d’émissions de gaz des particules par les véhicules de la sous-région.

Le commissaire en charge de l’énergie et des mines de la CEDEAO, Sidiko Duka

« La CEDEAO, dans sa dynamique, s’est mise dans une logique de permettre aux populations d’utiliser des carburants propres à des conditions économiques abordables. L’enjeu était non seulement de garantir un marché des hydrocarbures réguliers et dynamiques dans son espace, mais également d’œuvrer pour un environnement saint », a indiqué le commissaire en charge de l’énergie et des mines de la CEDEAO, Sidiko Duka. Pour lui, ce processus d’intégration ne pourrait aboutir aux résultats escomptés sans l’harmonisation des politiques et réglementation, sans le renforcement de la coopération et sans le développement intégré des infrastructures requises.

Le ministre de l’environnement, Batio Bassière

Chercher à harmoniser les politiques, cela indique que les défis liés aux hydrocarbures sont nombreux en Afrique de l’Ouest. A en croire le ministre Batio Bassière, il s’agit notamment du faible développement des ressources humaines, de la disparité de réglementation et de normes entre les Etats, de la fiscalité souvent inadaptée ou encore de l’insuffisance d’infrastructures adéquates de transport des hydrocarbures.

« En effet, l’approvisionnement en hydrocarbures est confronté à une industrie de raffinage vieillissante, à une capacité de stockage insuffisante et à des systèmes de transport inefficaces axés principalement sur les routes et les voies ferrées, qui génèrent de longs itinéraires d’approvisionnement et des coûts de transit élevés », a-t-il souligné.

Le premier ministre, Christophe Dabiré (au milieu) a présidé la cérémonie d’ouverture

Garantir la sécurité énergétique

Quant au premier ministre burkinabè, Joseph Dabiré, cette rencontre des ministres de la CEDEAO va permettre aux pays membres d’avoir une réglementation harmonisée en termes d’approvisionnement, de qualité, de protection de l’environnement. Cette harmonisation, selon le commissaire Sidiko Duka, va permettre de créer un véritable marché des produits pétroliers pour la sous-région et d’offrir de nouvelles opportunités d’investissements.

De toutes les manières, l’harmonisation des politiques sur les hydrocarbures et l’environnement s’imposent. En tout cas, c’est ce qu’on peut retenir des différentes allocutions au cours de la cérémonie d’ouverture. Selon Sidiko Duka, « la non-convergence des réglementations des Etats membres de la CEDEAO constitue un handicap pour garantir la sécurité énergétique et pour définir les stratégies cohérentes de développement des entreprises pétrolières ».

A l’issue de cette rencontre conjointe, des textes revus seront attendus afin d’être soumis aux grandes instances de la CEDEAO pour son adoption.

Les experts ont trois de travaux pour revoir les textes en vigueur

En rappel, cette réunion fait suite à de précédents travaux de la commission de la CEDEAO au cours desquels plusieurs documents ont été produits. Il s’agit, entre autres, du projet de Plan d’ Action Environnemental 2019-2025 ; de l’étude relative à l’harmonisation des spécifications des produits pétroliers et des limites d’émission des véhicules dans l’espace CEDEAO et de l’étude relative à l’élaboration de la stratégie régionale de la CEDEAO pour la vulgarisation du Gaz de pétrole liquéfié (GPL) comme énergie de cuisson domestique.

Cryspin Masneang Laoundiki

LeFaso.net





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire