le PCRN de Cabral Libi mène campagne à Yaoundé



Publié le :

Le Parti pour la réconciliation nationale du Cameroun (PCRN) de Cabral Libii est l’un des principaux partis de l’opposition engagés dans les élections législatives et municipales du 9 février. Reportage.

Avec notre correspondant à Yaoundé, Polycarpe Essomba

Malgré la jeunesse du Parti pour la réconciliation nationale du Cameroun (PCRN) de Cabral Libii, qui ne compte à ce jour aucun élu, ses candidats vont à ces élections nourris de nombreux espoirs. Ils multiplient des stratégies de porte-à-porte et des caravanes dans les rues de Yaoundé, la capitale. Ils comptent aussi sur la popularité grandissante de leur leader, crédité d’un score honorable lors de la dernière élection présidentielle.

À chaque carrefour de Yaoundé, la caravane de campagne du PCRN fait une escale. Les candidats drapés aux couleurs du parti sortent du véhicule. Sylvie Nwet, candidate au poste de députée, essaye aussitôt de convaincre les électeurs. « J’aimerais qu’à votre retraite, vous ayez une pension, dit-elle à une électrice. On voudrait qu’une fois à l’Assemblée nationale, on puisse contrôler l’action de l’État ».

Un atout-force : Cabral Libii

La candidate justifie la stratégie qui consiste à aller directement au contact des électeurs plutôt que d’organiser de grands meetings. « Nous sommes dans une élection de proximité, explique-t-elle. Donc il est normal que nous soyons au contact des populations. Quand je passe, les gens me disent qu’ils n’ont jamais vu leurs députés. Le député n’est pas là pour rester dans l’hémicycle. Il est là pour voir les populations. »

Armand Okol, également candidat du PCRN au poste de député dans le département de Mfoundi, se veut confiant sur les chances de ce jeune parti à rentrer dans le corps des institutions au terme de ces élections. « Nous avons la prétention et l’ambition noble d’avoir des élus, que ce soit pour la gestion totale ou partielle des mairies, que ce soit des représentants au sein de l’Assemblée nationale », affirme-t-il.

Tous ces candidats le déclarent en choeur : leur atout-force dans ces élections se nomme Cabral Libii, tout récemment arrivé troisième de la dernière élection présidentielle. 

►À lire aussi : Législatives au Cameroun: l’opposition entre en campagne en ordre dispersé



rfi

A lire aussi

Laisser un commentaire