Algérie: Abbas Righi rend hommage au maître du Malouf Kaddour Darsouni


Alger — Le chanteur andalou Abbas Righi a rendu vendredi soir à Alger un vibrant hommage à son mentor, Cheikh Kaddour Darsouni, un des maîtres formateur de la chanson malouf, à travers un cocktail de chansons dans le genre constantinois.

Le nombreux public de l’Opéra d’Alger a pu apprécier deux heures et demie durant, un florilège de chansons malouf, brillamment interprétées par Abbas Righi, venu en « élève », a-t-il déclaré, pour dire « merci » à son maître, Cheikh Kaddour Darsouni qui lui aura « tout appris », selon lui.

« C’est grâce à lui (Cheikh Kaddour Darsouni) que je suis devant vous ce soir ( ), je lui dois toute ma carrière », a déclaré Abbas Righi devant le public qui a accueilli cet « aveu de grand homme », avec des youyous et une salve d’applaudissements.

Accompagné par une dizaine de musiciens-virtuoses dont Samir Benkredera au violon et Hakim Benchafra au qanun, l’artiste a interprété avec une voix présente et étoffée, « Nouba Raml K’bir- Chems el âchiya », « premier enseignement » du maître à son élève, a encore expliqué Abbas Righi.

Parmi la quinzaine de pièces qui ont constitué le programme de la soirée, « Chems el âchiya », « âla ch’houb el âchiya », « Boâd ad’diyar », « Bah istibari », « Harramtou bik nouâssi », « Lawn el assel », « Dhalma », « men fraggh’zali », « ?chiq menhoun », « Sid Et’taleb », « Hamma ya Hamma » et « Ksentina ».

Les sonorités aigues des violons et du nay (flûte arabe), la densité des notes émises par le Oud et la cadence rythmique maintenue par les « Nekkaret » (petite percussion à deux tambours), ont dessiné dans l’espace de la salle les traits et donné le ton du genre Malouf.

Cédant au déhanchement, les spectateurs, ont accompagné le chanteur durant tout le long du concert en battant la mesure avec les mains et en reprenant ses refrains.

Présents à la cérémonie, les proches et les membres de la famille de Cheikh Kaddour Darsouni se sont vu remettre le trophée honorifique, la compilation en quatre CD du chanteur ainsi que quelques cadeaux symboliques par Abbas Righi et le directeur de l’Opéra d’Alger, Noureddine Saoudi sous les applaudissements et les youyous de l’assistance.

Né en 1984, Abbas Righi s’est dès son jeune âge intéressé à la musique andalouse dans sa variante malouf qui constitue l’Ecole de Constantine, aux côtés de celles des genres, « Senâa » à Alger et « El Ghernati » à Tlemcen.

Après un passage à la « Zaouia Rahmania » et à l’association « El Aqiqia El Aissaouia » où il s’est imprégné du genre soufi, il opte pour le malouf qui deviendra vite son genre de prédilection.

En 2002, il intègre l’association des « Elèves de l’Institut du Malouf », dirigée alors par Cheikh Kaddour Darsouni qui verra vite en lui une « future grande voix » et l’initiera à la maitrise de la percussion, préalable nécessaire à l’acquisition d’une bonne musicalité.

Abbas Righi compte sur le marché quatre albums, « Mejrouh » (2010), »Zadni hwak ghram » (2012), « Ama sebba lahbab » (2016), « Salah Bey », (2017) et une « synthèse » de quatre CD sur la chanson constantinoise « dans ses différents genres », selon l’artiste, présentée sous le titre de, « Couleurs de Constantine ».



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire