Bogoya (Yatenga) : Une nouvelle mosquée pour prêcher la paix et la cohésion sociale


Le roi du Yatenga, Naaba Kiiba, et ses partenaires ont offert, ce 7 février 2020, une nouvelle mosquée au village de Bogoya. Un village situé à une dizaine de kilomètres de Ouahigouya, dans la région du Nord. La cérémonie d’ouverture de cette mosquée du vendredi a connu la présence du Larlé Naaba Tigré.

L’idée de construire une mosquée à Bogoya est née lors d’une visite de Naaba Kiiba dans la localité. Constatant que le chantier de la mosquée était aux arrêts, il décide d’œuvrer pour la concrétisation du projet déjà entamé. Il sollicite pour cela le concours de ses « partenaires » pour le financement du projet.

Le 23 juillet 2019, par l’intermédiaire du Larlé Naaba Tigré, de Kassoum Niampa et de l’Association pour la bienveillance humanitaire (ABH), une nouvelle mosquée entre en chantier. L’ouvrage sera finalement réalisé par l’ABH, une association nationale émiratie. Au bout de cinq mois, l’édifice est livré sur une superficie de 200 m2 avec une capacité d’accueil de 350 personnes, pour un coût de 15 200 302 F CFA.

Cette nouvelle mosquée vient ainsi renforcer l’offre en lieu de cultes dans ce village qui en compte déjà quelques-unes. Toutefois, celle-ci est consacrée à la prière du vendredi.


A la cérémonie d’ouverture de l’édifice, les représentants des différentes communautés religieuses, coutumières et administratives présents ont prêché pour la cohésion sociale, l’union et le respect mutuel.

Prier pour la paix et la cohésion sociale

Un lieu de culte de plus. « Un lieu de prière et d’invocation de Dieu », estime un des partenaires de la réalisation du projet, le Larlé Naaba Tigré. Après les deux rakats de la prière inaugurale, les sermons ont consisté à rappeler à l’assemblée le devoir individuel dans la préservation de la cohésion sociale. Les fidèles présents ont formulé des « doua » pour le retour de la paix au Burkina Faso. « En temps d’insécurité, tout devient difficile », constate Naaba Kiiba. Et pour cela, « nous devons tous travailler sans discrimination religieuse, sans discrimination de niveau social ; nous devons tous travailler à préserver la cohésion des communautés, la cohésion sociale », a interpelé le Larlé Naaba Tigré.


« Nous attendons que la mosquée de Naaba Kiiba soit un lieu où les musulmans pourront se ressourcer spirituellement, pratiquer leur religion et vivre leur foi dans la dignité. Le fidèle se rend à la mosquée pour Dieu et pour lui. Il en ressort nourri. Tout, dans la pratique du fidèle, le ramène à la fraternité, à la solidarité, à la société ; l’acte spirituel devant nourrir l’acte public », foi de Mohamed Al Moubarak.

Mariam Ouédraogo

Lefaso.ne
t





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire