Campagne 2020 de noix de cajou : le gouvernement confirme les prix minima d’achat et sa volonté de traquer les exportations frauduleuses



A la faveur du lancement officiel de la campagne 2020 de la noix de cajou, un point de presse a été animé conjointement le vendredi 07 février au 15ème étage de l’immeuble de Caistab au Plateau-Abidjan, par le nouveau Président du conseil d’administration (PCA) du Conseil du coton et de l’anacarde, Ouattara Bilida Alain avec son Directeur général (DG), Coulibaly Adama.
Cette rencontre avec la presse a tourné autour de l’annonce par le gouvernement des prix minima d’achat des noix de cajou brutes au titre de la campagne 2020.

D’entrée, le PCA Ouattara Bilida a rappelé l’annonce faite par le gouvernement des prix minima d’achat des noix de cajou brute, au titre de la campagne 2020 à savoir le prix minimum obligatoire bord champ pour la noix de cajou bien séchée et bien triée, ne comportant aucune matière étrangère est fixé à 400 Fcfa/Kg ; le prix plancher obligatoire magasin intérieur est de 425 Fcfa/Kg ; le prix plancher obligatoire magasin portuaire revient à 484 Fcfa/Kg.

Selon lui, si ces prix ont connu une hausse de 25 f CFA/kg par rapport à l’année 2019, cela été possible grâce à un effort de réduction du DUS (Droit unique de sortie) de 7 % à 5 % du prix CAF soit 37,05 F CFA/Kg en 2019

Par ailleurs, le PCA Ouattara Bilida a profité de cette lucarne pour exprimer ses remerciements au président Alassane Ouattara pour l’attention particulière qu’il accorde aux problématiques des filières du coton et de l’anacarde. Dans cet élan, il n’a pas omis avant d’exprimer sa gratitude au chef du Gouvernement, Amadou Gon, ainsi qu’au ministre de l’Agriculture et de développement durable, Kobenan Adjoumani, pour leur implication constante dans l’inscription régulière des sujets préoccupants des deux filières à l’ordre du jour des réunions ministérielles .

Quant au Dr Coulibaly Adama, Dg du Conseil du coton et de l’anacarde, après avoir dressé le bilan de l’année 2019, il a indiqué pour sa part, qu’au terme du bilan chiffré des fuites de produit, la production nationale a atteint largement 800 000 tonnes. Et qu’il est enregistré dans la base de données de commercialisation dudit Conseil 634 641 tonnes, d’où le gap des produits exportés illicitement hors des frontières ivoiriennes qui est estimé entre 150 000 et 200 000 tonnes, a-t-il expliqué.
Par ailleurs, il a mis en exergue la dynamique de transformation de cette matière enclenchée en Côte d’Ivoire avec neuf (09) unités de transformation qui ont été mises en place et neuf autres, en cours de construction.

En définitive, les deux premiers responsables de la filière cajou, ont souligné la volonté ferme de l’Etat de Côte d’Ivoire de ne plus voir sa production fuir vers les pays voisins en cette année 2020. Cela va se matérialiser davantage dans l’application rigoureuse des instructions du chef de l’Etat pour la sensibilisation et la répression contre tous les auteurs et complices des exportations frauduleuses des noix de cajou. Notons que cette conférence s’est tenue en présence et sous la diligence du ministre de l’Agriculture et du développement durable, Kobenan Adjoumani.

JOB



newsabidjan

A lire aussi

Laisser un commentaire