Congo-Brazzaville: Marché de l’emploi – La France investit 12 milliards FCFA en faveur de la réforme au Congo


Le service public de l’emploi est entré dans une nouvelle phase de réforme, après la création l’an dernier des deux structures étatiques. Au cours d’une rencontre, le 7 février, à Brazzaville, les partenaires de l’Agence française de développement, Pôle emploi international et expertise France ont réitéré leur engagement à soutenir le projet.

Les difficultés économiques que le pays traverse ont affecté sensiblement le marché de l’emploi et l’insertion socio-professionnelle des jeunes. C’est ainsi que depuis quelques mois, le gouvernement congolais et ses partenaires français ont lancé le chantier de la réforme du secteur, en lien avec la problématique de l’adéquation formation et emploi, ainsi que la participation active du secteur privé local.

Une mission de Pôle emploi international et expertise France a dévoilé vendredi dernier les résultats de l’étude liée à la réforme du service public de l’emploi au Congo. Présent lors de ces échanges, le ministre de l’Enseignement technique et professionnel, de la Formation qualifiante et de l’Emploi, Nicéphore Fylla Saint-Eudes, a salué des efforts majeurs censés réduire le chômage de masse et contribuer à la mise en œuvre du Plan national de développement 2018-2022.

Pour Florence Dumontier, la directrice des Affaires et Relations internationales de Pôle emploi, une étape importante a été franchie avec la création de l’Agence congolaise pour l’emploi (ACPE) et le Fonds national d’appui à l’emploi et l’apprentissage (Fonea), puis la nomination de leurs dirigeants. L’ACPE est déjà installée dans une direction générale et prête à accueillir les bénéficiaires.

Malgré ces avancées, de nombreux défis subsistent en matière des ressources humaines, de l’offre de services aux entreprises et aux demandeurs d’emploi, du système d’information et de l’immobilier de l’ACPE. « C’est de permettre à l’ACPE d’avoir un impact fort sur les demandeurs d’emploi et les entreprises ; de contribuer à un marché de l’emploi plus transparent et fluide, de produire des actions visibles pour les populations jeunes et les personnes vulnérables », a indiqué Florence Dumontier.

La prochaine étape dans les prochains mois consiste à l’élaboration d’une offre de services à l’attention des demandeurs d’emploi et des entreprises. Pour cela, l’ACPE est appelée à installer un socle de services pour ses bénéficiaires, à renforcer les capacités du personnel, à mettre la feuille de route prescrite par la tutelle et à poursuivre sa coopération avec les partenaires suscités.

En effet, l’appui technique et financier est le point d’orgue de la réussite de ce projet de réforme du service public de l’emploi. L’ambassadeur de France au Congo, François Barateau, a ainsi martelé le soutien de son pays pour le succès de l’initiative, à travers l’AFD et les autres organismes. « Cette ambition repose sur la mise à disposition de financement important de plus de douze milliards FCFA et sur la mobilisation d’une expertise de haut niveau, mais aussi sur de solides relations de confiance entre nos deux pays », a souligné François Barateau.



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire