Afrique: Soirée francophone à Addis-Abeba – La RDC offre un spectacle de Fally Ipupa


Dernère publication 08/02/2020 à 11:45 min

Après New York en 2019, l’organisation internationale de la francophonie (OIF) a organisé sa deuxième soirée Francophone le vendredi 7 février 2020 à l’Hôtel Sheraton à Addis-Abeba (Ethiopie) en marge du 33eme sommet de l’union africaine, en présence de Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la francophonie et du ministre Congolais de la coopération internationale, de l’intégration régionale et de la francophonie, Me Pepin Guillaume Manjolo.

« La RDC a fait de la langue française, non seulement un outil de communication mais une vie à travers la danse, le théâtre, la musique et toute sorte d’art. Le pays de Paul Lomani Tshibamba, Albert Mongita ou encore Kabika Tshilolo et de Pépé Kalé Kabassolé, célèbre cette année plusieurs évènements francophones. Après cette soirée pour laquelle mon ministère a convaincu le gouvernement afin de prendre en charge toute la logistique et le spectacle de la star Congolaise, Fally Ipupa, la RDC prépare activement les 9emes jeux de la francophonie qui se tiendront à Kinshasa en Juillet 2021 » a dit le ministre Pépin Guillaume Manjolo avant d’inviter les africains à visiter la RDC et contempler la beauté de Kinshasa, une ville en plein essor économique et où il fait bon vivre.

Après Oumou Sangaré à New York en 2019, Fally Ipupa à l’honneur à Addis-Abeba cette année

Pour la secrétaire générale de l’OIF, la Rwandaise, Louise Mushikiwabo, la francophonie reste ce mélange de langue et de culture en Afrique par excellence. Elle a remercié l’artiste Oumou Sangaré et le Mali pour leur participation à la célébration de la première soirée organisée à New York l’an dernier et la république Démocratique du Congo à l’honneur cette année avec Fally Ipupa.

Aussi, si la SG de l’OIF n’a pas souhaité parler politique au cours de cette soirée qu’elle a voulu festive, elle évoquera tout de même les actions menées par l’UA et l’OIF en matière de paix et de sécurité.

« Le thème de l’UA cette année, faire taire les armes, est très important. Même si l’organisation n’a pas vocation d’intervenir sur les théâtres de conflits, elle contribue à faire taire les armes, notamment en renouant le dialogue entre Etats, en dégageant des consensus et positions communes, en tissant des coopérations élargies. Il faut aussi noter que la solidarité francophone intervient avec pertinence face aux crises que traversent nos pays de l’espace francophone à travers les cinq continents (… ) L’OIF est active aux côtés de l’UA en matière de prévention et de médiation et dieu seul sait combien mon équipe et moi sommes mobilisées sur ce sujet depuis un an » a fait savoir Louise Mushikiwabo.

Crée le 10 mars 1970 à Niamey, l’OIF célèbre son cinquantenaire le 20 mars 2020 à Niamey au Niger.

Envoyé spécial à Addis-Abeba



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire